Portrait 3 minutes avec

Du goût, de la transparence et de l'éthique : les tendances inspirantes du SIAL innovation

22.10.18

Voici deux ans, nous avions passé peu de temps au SIAL innovation. Beaucoup d’effets de mode, voire des gadgets et nous avions été forts critiques de la nouveauté instaurée comme une religion marketing. L’édition 2018 n’a rien à voir et est au diapason des enjeux planétaires majeurs.

À tous ceux qui s’imaginerait encore que la campagne mondiale de Carrefour est au mieux un épiphénomène, au pire un coup de com, le tour des lauréats du prix SIAL Innovation de l’édition 2018 devrait leur remettre les choses en perspective. Comme si un ouragan sociétal était monté au cerveau des entreprises de l’alimentaire tout d’un coup conscientes qu’il faut en finir avec les innovations marginales inventées que par additions d’astuces marketing. On parle désormais volontiers santé et éthique, sans oublier le goût, bref les choses changent à grande vitesse car le consommateur semble avoir réellement pris une partie du pouvoir. Xavier Terlet qui pilote le SIAL Innovation nous explique plus précisément les tendances lourdes de cette édition 2018 qui marque un tournant important.

Cette édition est donc marquée par trois mots : « du goût, du vrai, du sens », sur la base d’une étude réalisée dans une quinzaine de pays-clés par Kantar TNS. Parmi les produits phares et innovants du salon, récompensés par des « grands prix SIAL » figurent une boisson aux fruits végan venue de Grèce, des boissons non alcoolisées au gingembre, curcuma ou cannelle proposés par le Portugal, un gin italien distillé avec du genièvre et des olives. Ou encore une confiture de kimchi coréenne, des lentilles ou pois chiches reconditionnés en forme de grains de riz par une société italienne ou des cuisses de lapin « éco-responsables » lancées par une société française.

Il y a une « explosion » de l’offre de légumineuses, super-fruits, super-légumes, super-graines, micro-algues, « permettant de manger des protéines de manière gourmande », souligne Xavier Terlet, directeur du cabinet XTC World innovation qui analyse les tendances mondiales. Il souligne des innovations « nombreuses et variées » en matière de « naturalité et de bio », dont le chiffre d’affaires a explosé en France en 2017, à 8 milliards d’euros contre 7 milliards en 2016. Côté viande, alors que l’élevage de masse est cité comme l’une des sources du réchauffement climatique, le salon insiste sur des offres de « qualité », via les processus d’élevage, l’attention à un revenu convenable pour les producteurs de lait ou de viande, ou la montée en gamme.

Alors que la planète compte en moyenne une centaine de millions de bouches à nourrir supplémentaires chaque année et que le monde a « atteint un point de non retour » en matière de changement climatique selon l’Onu, les entreprises agroalimentaires ont « bien pris la mesure des enjeux » affirme M. Trentesaux organisateur de la manifestation.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Portrait Table de fête

Christophe Louie, il maestro du panettone

18.12.23
Brioche culte de la gastronomie italienne, le panettone arrive aujourd’hui sur nos tables. Mais toute la difficulté est d’en trouver un bon. Celui de l'artisan Christophe Louie est sans contexte un des meilleurs que l'on ait goûté depuis longtemps.

Portrait Le vigneron / la vigneronne du mois

Le b. a. Bia ou pourquoi partir à la recherche du Mècle, Chatus ou Bia, ces cépages oubliés ?

15.03.24
Faut-il être passionné par la viticulture, l’environnement, le patrimoine et l’histoire pour se lancer à la recherche des cépages oubliés. Ecouter les vignerons Nicolas Gonin et Pascal Jamet raconter leur travail de prospection à la recherche du Bia, Mècle,...

Portrait

Les clés du succès de Pourdebon, la place de marché en ligne

03.04.24
On avait déjà réalisé une courte vidéo à leur sujet à l’occasion du lancement de leur pop-up store éphémère… En novembre 2018. Cinq ans plus tard, on a rencontré Nicolas Machard, le Directeur général de Pourdebon dans ses nouveaux...