Portrait Initiatives +

La biscuiterie Handi-gaspi, une entreprise innovante entre responsabilité sociale et environnementale

04.07.24

Lancée en 2021, la biscuiterie Handi-gaspi est une société et un label apposé en guise de signature sur les emballages de ses deux marques : Kignon et, plus récemment, Et Tok! Un projet innovant dont le but est de valoriser des matières qui partiraient à la poubelle, tout en permettant à des personnes en situation de handicap de se former aux métiers de la biscuiterie.

L'équipe Handi-gaspi

Après avoir passé huit ans chez Nestlé, Katia prend conscience que, bien que cette multinationale suisse ait été une “très bonne école”, ses impacts négatifs sont devenus trop importants pour être ignorés. “J’étais devenue un peu schizo entre l’assiette que je faisais pour moi, et celle que je faisais pour le consommateur”, explique-t-elle en riant.

Les cofondatrices

Comme leur consoeur, Alix et Louise sont issues du milieu de l’agroalimentaire et sont elles aussi arrivées à un tournant de leur vie où elles souhaitaient donner plus de sens à leur métier. Recrutées toutes les trois à quelques semaines d’intervalles par une association travaillant avec une ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail), et qui venait d’avoir des subventions pour développer des activités dans l’agroalimentaire, elles deviennent très vite amies et parviennent “à déplacer des montagnes avec le sourire”. L’ESAT est une structure subventionnée par l’État dont le but est de faire travailler des personnes en situation de handicap. Alors, une fois leur contrat terminé, elles décident d’entreprendre ensemble pour répondre à un double constat observé dans leur carrière respective. 

En France, on gaspille chaque année 10 millions de tonnes d’aliments consommables, dont 50 000 tonnes de pain chez les boulangers. Le pain est un produit délicat car il durcit très rapidement, le rendant donc difficilement redistribuable. Et, d’un autre côté, les boulangers cherchent naturellement à avoir du pain jusqu’à la fermeture de leur boulangerie. Par ailleurs, redonner une seconde vie au pain permet d’économiser de l’eau : une baguette de pain coûte, à fabriquer, l’équivalent d’une baignoire remplie. En parallèle, le taux de chômage chez les personnes en situation de handicap est deux fois plus élevé que la moyenne nationale, et les ESAT sont en grand manque d’activité.

Kignon est ainsi lancé en septembre 2021 pour répondre à ces deux enjeux, mais les produits commencent réellement à être commercialisés à l’échelle nationale un an plus tard, quand la marque de biscuit parvient à entrer dans 600 magasins bio en seulement quelques mois. Plus tard, elle fera sa rentrée hors foyer, comme au cinéma avec l’association Mieux Manger au Ciné et son concours (piloté par Alimentation Générale), à l’occasion duquel elle remporte un prix, mais aussi dans le transport au wagon bar de la SNCF. Une entrée sur un marché qui sort la marque de l’ombre.  Kignon bénéficie aussi récemment d’une publicité à la télévision durant tout le mois de juillet sur les chaînes du Groupe TF1, qui met en valeur les biscuitiers qui travaillent chaque jour pour faire exister les marques Handi-gaspi.

Recettes gourmandes et plaisir garanti

Côté fabrication, c’est en Loire-Atlantique que ça se passe, en étroite collaboration avec plusieurs boulangeries nantaises chez qui Kignon récupère les invendus de pain. Réalisé à partir de produits bio, locaux et équitables, pour un biscuit “gourmand et militant” fabriqué sous la supervision de trente travailleurs handicapés formés aux métiers de la biscuiterie.
Mais aucun succès de cette nature n’est possible sans une recette réussie, gourmande donc. Nos préférés restent ceux au citron, croustillants sur leur dessus et moelleux à souhait à l’intérieur, avec de petits morceaux de zestes qui viennent vous réveiller dans un univers pas trop sucré.

Seules à cocher les deux cases “handicap” et “gaspillage”, les innovations d’Handi-gaspi semblent ainsi plaider la cause du plaisir, tout en s’inscrivant dans une réelle démarche de transition alimentaire. À termes, la société aimerait essaimer son modèle partout en France, au-delà se son fief nantais, et “avoir la force de frappe d’un industriel !” On ne peut que saluer cette initiative, qui gagnerait effectivement à se multiplier et montrer à d’autres cette marche vertueuse à suivre.

Seules à cocher les deux cases “handicap” et “gaspillage”, les innovations d’Handi-gaspi semblent ainsi plaider la cause du plaisir, tout en s’inscrivant dans une réelle démarche de transition alimentaire : “BON pour la planète, BON pour la société et BON pour vous !”. À termes, la société aimerait essaimer son modèle partout en France, au-delà se son fief nantais, et “avoir la force de frappe d’un industriel !” On ne peut que saluer cette initiative, qui gagnerait à se multiplier et montrer à d’autres la marche à suivre, à l’instar des innovations largement plébiscitées par les français et dont nous vous parlons ici.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Portrait Table de fête

Christophe Louie, il maestro du panettone

18.12.23
Brioche culte de la gastronomie italienne, le panettone arrive aujourd’hui sur nos tables. Mais toute la difficulté est d’en trouver un bon. Celui de l'artisan Christophe Louie est sans contexte un des meilleurs que l'on ait goûté depuis longtemps.

Portrait Producteur

François Peloquin, l’agriculteur qui vous dit tout sur la culture des légumineuses !

La chaire ANCA met en avant les enjeux de la production des légumes secs avec une interview de François Peloquin, un producteur de lentilles vertes et de pois chiches. 

Portrait Boulangers boulangères (épisode 3/5)

Au pays du soleil levain

11.07.24
On l'appelle Sunny et c'est peu dire que le surnom lui va bien. Avec Raphaël, son compagnon à la ville comme au pétrin, ils viennent d'ouvrir leur boulangerie et leur projet est, de fait, un vrai rayon de soleil.