En continu production

Aux États-Unis, le marché des légumineuses dans la tourmente

24.10.18

A l’exception des pois chiche, les légumineuses (pois ou lentilles) ont vu leur production diminuer en 2018 aux États-Unis, en raison d’une surproduction de ces protéines végétales et de l’imposition de tarifs douaniers par l’Inde, premier importateur mondial, a indiqué mercredi Pulses, le Conseil des Pois et Lentilles américains.

« La production mondiale de légumes secs était beaucoup trop élevée, il y avait surproduction aux États-Unis, Mexique et Canada et les surfaces ont dû être réduites cette année« , a indiqué à l’AFP David McClellan, membre du Conseil américain des pois secs (Dry bean council), lors du salon international de l’alimentation (Sial). Aux États-Unis, un pic de production a été atteint en 2016, année internationale des légumineuses décrétée par l’Onu en raison de leurs qualités alimentaires pour fournir des protéines, et environnementales pour stocker le carbone dans le sol et réduire la consommation d’eau.

En 2018, la production américaine de pois verts a été plus que divisée par deux, à 243.000 tonnes, contre 496.635 tonnes en 2016, selon Pulses. Les pois jaunes sont tombés à 386.400 tonnes contre 759.276 tonnes en 2016, les lentilles moyennes à 305.967 tonnes contre 457.730, et la production de petites lentilles s’est réduite à 62.840 tonnes contre 103.473 tonnes en 2016. « Les fermiers américains en ont beaucoup planté, car cela a bien payé ces dernières années, maintenant le marché a baissé, c’est la loi de l’offre et de la demande« , a commenté auprès de l’AFP Gordon Stoner, agriculteur dans le Montana, et membre de l’association des céréaliers de l’État.

Seule la culture de pois chiche a continué à se développer en 2018 aux États-Unis. Le pays a ainsi produit 295.239 tonnes de gros pois chiche (sur 181.789 hectares), contre 151.941 tonnes en 2016 (sur 77.890 hectares), et 130.631 tonnes de petits pois chiche (sur 81.789 hectares) contre 74.675 tonnes en 2016 (sur 36.798 hectares), selon les statistiques de Pulses. « Je n’en avais pas semé chez moi, je pensais bien que tout le monde allait en planter, et j’avais raison malheureusement« , car « les prix se sont effondrés aussi », a ajouté M. Stoner. « A la mi-mars, les pois chiche se vendaient 80 centimes la livre, et aujourd’hui, les cours sont tombés à 15 centimes la livre dans le Montana« , a-t-il ajouté en vérifiant les cours locaux sur son téléphone. L’imposition de tarifs douaniers par l’Inde sur les légumes secs est aussi responsable de la chute des cours, selon les producteurs américains. « C’était un de mes plus gros marchés pour les lentilles, maintenant je les garde en stock« , a ajouté M. Stoner.
Par Isabel Malsang pour AFP

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Refugee Food Festival revient pour une deuxième édition à Nice

12.06.24
Parmi les 11 autres villes de France et de Suisse où l’association posera ses valises, c’est de l’édition qui aura lieu au soleil du 12 au 16 juin dont on voulait vous parler.

En continu

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

En continu

Prix Coal 2023, une grande édition

07.12.23
Elle s’appelle Fabiana Ex-Souza, elle est née au Brésil et vit et travaille à Paris. Elle a reçu hier soir le prix Coal spécial du jury pour son projet Trouxas de Mandinga où l’artiste crée des objets à partir...