Culture food Culture food

Manger à l’œil

25.04.18

Des autochromes de la Première Guerre mondiale aux dizaines de millions d’images de #pornfood ; de la collection d’albums d’une seule et même famille sur plus de 40 ans à l’épopée des fiches cuisines du magazine Elle, « Manger à l’oeil » retrace l’histoire singulière du rapport des français avec leur repas.

Le 15 novembre 2010, l’Unesco classait le repas gastronomique des français au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Par gastronomique, l’Unesco ne signifiait pas bonne ou haute cuisine mais la mise en discours de règles du manger et du boire qui structurent encore aujourd’hui le repas des français. Le propos de cette exposition est de montrer comment la photo peut rendre compte de l’évolution de ce patrimoine. Ce siècle de représentation de nos repas est parcouru par le regard de grands noms de la photographie dont les images deviennent avec le temps des documents iconiques. Ces images sont confrontées à celles d’une collecte de photos d’amateurs, à des images publicitaires, de presse et à des extraits d’émissions télévisées devenues cultes. A cette archéologie de nos modes de consommation, de nos résistances, de nos engagements, tant vis à vis de l’image que de notre nourriture, correspond la chronologie de l’évolution des modes de diffusion et de partage de la photographie.

Collecte de photographies : participez à l’exposition

Le Mucem, le magazine en ligne Alimentation Générale, avec le concours de la Conserverie à Metz vous proposent de contribuer à l’exposition « Manger à l’oeil » en soumettant vos photos d’amateurs (jusqu’au 1er juin 2018).
– Retrouvez dans vos cartons, albums, ordinateur, smartphone, vos meilleures photographies de repas (anniversaires, fêtes religieuses, entre amis, entre collègues de travail, en famille, en couple, en pique-nique…etc.). Bref, toutes les scènes photographiées où l’on puisse reconnaître quelque chose d’un repas et/ou de la cuisine, en termes de vaisselles, d’ustensiles, d’attitudes, de plats…etc. ;
– Légendez la photographie en précisant l’objet de la scène, une date et un auteur (si possible) ;
– Envoyez la photographie en version numérique (Haute Définition – 300 DPI minimum, 600 DPI pour des petites photographies) ainsi que l’autorisation d’utilisation remplie par mail à : cetaitoucetaitquand@free.fr
– Si vous ne pouvez pas scanner votre photographie, vous pouvez l’envoyer à La Conserverie pour ce faire sur contact préalable à cetaitoucetaitquand@free.fr ou 09.51.63.66.07

Manger à l’oeil

Bâtiment Georges Henri Rivière (GHR)—Fort Saint-Jean (320 m²) | Du jeudi 19 juillet 2018 au dimanche 30 septembre 2018. | Commissariat : Elisabeth Martin, Pierre Hivernat (Alimentation Générale) et Nicolas Havette / Floriane Doury (Mucem). | L’exposition fait partie du Grand Arles Express dans le cadre des Rencontres internationales de la photographie Arles 2018.

mangez_a-loeil2

Manger à l’oeil, catalogue de l’exposition
Les Editions de l’Epure, 2018
Textes de : Pierre Hivernat, Denis Saillard, Bénédict Beaugé, Luce Lebart, Elisabeth Martin et Gilles Fumey
Format : 17 x 24 cm
Nombre de pages : 192
Poids : 530 grammes

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Culture food La BnF gourmande

Le chocolat à l’affiche

Fondée en 1816 par Jean Antoine Brutus Menier (1795-1853), la Maison Menier devient, au cours du XIXe siècle, un véritable empire. L’une des clefs du succès du chocolatier est la conscience de l’importance de la publicité.

Culture food La BnF Gourmande

L’alimentation de demain, vue d’hier

27.05.24
Alors que le dixième anniversaire d’Alimentation Générale est l’occasion d’un regard rétrospectif sur les années écoulées, la BnF vous invite à un voyage dans le temps : comment imaginait-on, au début du XXe siècle, l’alimentation des années 2000 ?

Culture food

“L’expérience biosphère : 120 jours dans le désert”, le documentaire qui vous fait aimer 2090

13.05.24
Disponible sur Arte jusqu’en 2026, le documentaire de Laurent Sardi nous plonge dans une vision futuriste et optimiste de ce que pourrait être, en 2090, notre quotidien au climat passablement déréglé.