Chronique La Cerise sur le gâteau

Les labels nutritionnels, quel bordel!

03.03.19

Aujourd’hui, alors que le Salon de l’agriculture va fermer ses portes dans quelques heures, je voulais vous parler de la jungle des labels de qualité nutritionnelle qui visiblement préoccupent grandement producteurs et distributeurs et qui font devenir chèvre le consommateur.

Femmes au bord de la crise de nerfs, Pedro Almodóvar avec Carmen Maura

Il faut dire que cette semaine le consommateur a, de fait, touché le fond de la confusion, puisque c’est au Salon, que Mickey et Rémy le jeune rat de Ratatouille ont annoncé leur arrivée dans les rayons, affublés du label nutritionnel « Disney cuisine ».  Sur fond de quelle couleur le logo qui va avec ? Et oui, vous l’avez deviné : vert. Vert comme bon pour l’environnement, vert comme une pomme verte fraichement cueillie, mais surtout vert comme la nature qui transparait immédiatement à la vue des produits Kellogg’s, les stars de la marque Disney, qui vont être l’un des ambassadeurs de ce nouveau label.

En revanche, vert comme un feu vert de Nutri-score, ça risque fort heureusement de coincer un peu. Car voici un label qui est lui, un indicateur officiel, instauré en 2016, dans le cadre de la loi de la modernisation du système de santé. Il a pour objectif de favoriser un choix de produits plus sains pour le consommateur avec dans son collimateur médical : obésité et diabète. Les produits se déclinent ainsi du A vert au E, rouge cramoisie : des plus sains aux plus redoutables pour la santé. Alors bien sûr, le Nutri-Score n’est pas parfait non plus, car il ne tient pas compte de la présence des additifs, colorants, conservateurs, édulcorants. Mais, disons que c’est un bon début et qu’il fallait bien commencer par un bout.

Et puis, vous vous souvenez peut-être que le chef Frédéric Simonin qui était votre invité il y a quelques semaines nous avait dit qu’il ne travaillait qu’avec les produits Bleu Blanc Cœur. Bonne initiative car ce label est également reconnu par les ministères de la Santé, mais aussi de l’Agriculture, comme « démarche d’intérêt générale ». L’association qui le porte défend notamment un engagement clair : labéliser ceux qui améliorent la teneur nutritionnelle en Oméga 3 de l’alimentation animale, et donc, à en croire les scientifiques, par ingestion, la nôtre.

Mais, quid alors de critères comme le bien-être animal ou la traçabilité qui préoccupent tout autant les consommateurs ?

 Et bien là, il nous faut saluer une initiative remarquable qui porte le nom de « Ferme France ». Alors, attention, à « Ferme France », on ne parle pas de label, mais d’une étiquette de notation sociétale. L’association qui travaille sur ce projet depuis déjà un an a d’abord distingué six piliers : bien-être animal et conditions de travail, environnement, nutrition et santé humaine, équité et contribution à l’économie française, traçabilité et intérêt général. Et pour chaque pilier, plusieurs objectifs. Par exemple, environnement comprend neuf objectifs dont l’impact sur le réchauffement climatique. Et avec la combinaison de tous ces critères pondérés, elle va générer pour chaque produit une note sur 100. Aujourd’hui, l’association a réussi à convaincre plus de trente adhérents, dont 70% des distributeurs français, à venir réfléchir avec elle. Mais elle considère que la réflexion des professionnels pourrait être entachée de parti pris, raison pour laquelle elle a lancé, au Salon, une consultation citoyenne.

Alors, fermefrance.org ou Disneyland.com, ce sera votre challenge pour ce dimanche !

Les Bonnes Choses du 03/03/2019 – Saveurs brésiliennes

Invités

Direction le Brésil aujourd’hui, à l’occasion de la fête nationale la plus populaire du pays, un événement mondialement connu: le Carnaval de Rio qui a commencé hier. Zoom sur la cuisine avec un chef brésilien installé en France, un chef français installé au Brésil et une journaliste brésilienne! La cuisine brésilienne est une cuisine qu’on connaît mal en France, et qui pourtant commence à s’internationaliser avec des chefs réputés. Peut-on dire que la cuisine brésilienne est une bonne cuisine, globalement ? Le pays compte une des populations les plus diversifiées au monde, fruit d’un peuplement autochtone puis de migrations européennes et africaines : est-ce que la cuisine est à l’image du pays, variée et métissée ? Le Brésil se divise en cinq régions, quelles sont les spécificités culinaires régionales ? De quoi est fait la feijoada, plat emblématique national ? Autant de questions que nous posons à nos trois invités : Un chef brésilien installé en France, Alexandre Furtado, chef du bistrot Paradis à Paris. Un chef français installé au Brésil, Laurent Suaudeau, installé au Brésil depuis 1979, d’abord à Rio puis à Sao Paulo et une journaliste brésilienne, Maria Emilia Alencar, directrice de la rédaction brésilienne à RFI.

Avec

Maria Emilia Alencar, Journaliste à RFI
Alexandre Furtado, Chef du restaurant Bistrot Paradis à Paris
Laurent Suaudeau, Chef français installé au Brésil depuis 1979.

 

Chroniques

La madeleine de … Gérard Mordillat : « Le rouge inoubliable des tartelettes de la boulangerie Marx ».

Et La Cerise sur le gâteau de Pierre Hivernat : Les labels nutritionnels

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Chronique IDÉES

Les 10 cadeaux de Noël de la rédaction

16.12.23
C'est chaque année la même chose : trouver que mettre au pied du sapin. Mais si on écarte la mandarine et la paire de chaussette - ce qui n'est déjà pas mal, en ces temps de restrictions budgétaires -...

Chronique Au menu

Lettre d’info n°13 – Le temps des sucres

03.05.24
Le temps des sucres ou saison des sucres dure de 4 à 6 semaines de la mi-mars à la fin avril. Un temps éclair et pourtant fondateur de la culture Québécoise qui correspond à la mise en exploitation des...

Chronique

Lettre n°9 – Exception agricole, rien n’a vraiment changé !

13.02.24
En pleine crise agricole, nous avons ressorti une chronique sur l'exception agricole selon Michel Serres qui date de 2017, et où l'on constate que rien n'a vraiment bougé. Nous avons également remonté notre dossier spécial avec la Fondation Michel...