Tech

Faut-il avoir peur de l’agriculture connectée ?

Par -


Nous y sommes : les technologies numériques bouleversent notre vie entière et n’épargnent pas la façon de produire notre alimentation, de la commercialiser, de nous nourrir aussi. Pour le meilleur ou pour le pire ? Le Think Tank français Renaissance numérique fait le point dans son livre blanc.

La mission est déjà de taille pour les agriculteurs d’aujourd’hui. On leur demande de nourrir le monde, de produire une alimentation tracée, de qualité, tout en conciliant environnement et rentabilité des exploitations. En 2016, ils doivent en prime savoir aussi bien manier le tracteur que l’ordinateur. Le numérique s’embarque dans les champs.

Pour Renaissance numérique qui a réuni sur le sujet des scientifiques, des universitaires, des grandes entreprises du high-tech, des start-up et des organisations professionnelles, l’enjeu est de taille. Car l’agriculture numérique pourrait bien constituer la 3e  révolution agricole, après celle du 18e siècle (où l’on a arrêté la jachère et la rotation des cultures) et celle du 20e siècle (faite de mécanisation, d’engrais chimiques et de produits phytosanitaires).

iStock_000063052953_Medium-1108x772

Le numérique appliqué à l’agriculture constitue indéniablement un levier d’accroissement de la productivité. Comment ? Par des techniques de précision et des pratiques agro écologiques plus économes en ressources. Mais ce n’est pas tout. Internet transforme aussi le métier d’agriculteur du pilotage de l’exploitation au partage du matériel agricole (wefarmup), en passant par les conseils et formations techniques (e-learning), la vente directe (e-commerce & drive)… Et il n’y a évidemment pas que le producteur dans ses champs qui est concerné. Ce sont tous les maillons de la chaîne de l’agroalimentaire qui doivent s’adapter : coopératives, services agricoles, industrie, grande distribution…

Comme toute révolution, elle peut produire les meilleurs et les pires effets. Cela dépendra de ce que l’homme en fera…

iStock_000072840941_Medium-1024x682

Des raisons d’être optimistes ?

1/ Internet stimule le développement des circuit-courts

En raccourcissant la chaîne de distribution, le numérique est en train de recréer un lien étroit entre l’agriculteur et le consommateur, de faire redécouvrir à celui-ci l’existence des saisons et de redonner de la valeur à une agriculture paysanne mise à mal par 50 ans d’agriculture intensive et de consommation de masse. Les solutions internet favorisent le développement de la vente directe aux consommateurs (La Ruche qui dit Oui !, Drive-fermiers, …) ou à la restauration collective (Agrilocal, Solibio, Loc’halles, …).

Ainsi, 21% des agriculteurs vendent maintenant une partie de leur production en circuit court, contre seulement 15,4% il y a 15 ans. 72% des jeunes agriculteurs déclarent d’ailleurs vouloir vendre en circuit court. Ce sont de bonnes nouvelles quand on sait que les circuits courts génèrent plus de revenus pour l’agriculteur et stimulent l’économie locale, non délocalisable.

iStock_000046587426_Medium-1024x680

2/ La traçabilité numérique permettra de mieux connaître le contenu de notre assiette

Le numérique offre également de multiples possibilités d’améliorer la traçabilité de la chaîne alimentaire, du champ à l’assiette. L’utilisation des objets connectés agricoles (capteurs), des systèmes de contrôle des processus de fabrication ou de transformation, des puces électroniques, pourront garantir au consommateur une transparence complète sur l’origine, la composition, le bilan écologique des aliments qu’il consommera, à condition que les maillons de la chaîne acceptent d’ouvrir et de partager leurs données. Des applications mobiles (Open food facts, Notéo, Tellspec, …) commencent à devenir les Shazam de la nourriture. Des organisations agricoles aussi, comme Les Jeunes Agriculteurs (JA), sont actifs sur internet avec #viandedenullepart ou #laitdenullepart.

3/ Le financement participatif (crowdfunding) crée un système financier qui redonne du sens

Lorsque l’agriculteur fait appel aux consommateurs plutôt qu’aux banques pour financer un développement qui profitera aux deux, ça marche ! Les plateformes Miimosa, Bluebees, Kisskissbankbank (et d’autres encore) ne comptent plus les projets qui ont vu le jour grâce au soutien financier de particuliers ou d’entreprises. Ce type de financement n’est possible que grâce à la puissance d’internet et des réseaux sociaux. Les citoyens Français sont particulièrement sensibles au soutien des projets agricoles. La plateforme Miimosa y est entièrement dédiée et récolte en moyenne 6500 € par projet auprès des consommateurs alors que la moyenne des plateformes de financements participatifs (crowdfunding) tourne à 3500€.

4/ L’exploitation des données numériques peut contribuer à réduire les gaspillages dans toute la chaîne alimentaire

Les applications numériques anti-gaspi concernent tous les acteurs de la chaîne alimentaire. Pour le consommateur, des applications mobiles (Le bruit du frigo, Checkfood, Frigomagic) permettent de mieux gérer son réfrigérateur et de moins jeter. Comme l’analyse François Houllier, président de l’Inra, « on peut imaginer un modèle où on aurait juste les quantités dont on a besoin, pas plus, en gérant mieux les dates limites de péremption par exemple ». Pour les industriels ou les distributeurs, des plateformes internet comme Feeding Forward aux Etats-Unis permettent d’optimiser l’écoulement des surplus. Pour les agriculteurs et les coopératives, des outils de gestion de commandes en temps réel et prédictifs leur permettraient de limiter la quantité de denrées alimentaires qui partent à la benne.

5/ L’agriculture numérique de précision promet de développer les pratiques agro-écologiques

L’exploitation du Big data (croisement de données météos, agronomiques, …) couplée à des objets connectés (capteurs de surveillance des cultures et des élevages) permettra d’accélérer l’adoption de nouvelles pratiques agricoles dites de précision capables d’accroître les rendements en diminuant la consommation de ressources (eau, énergie, aliments pour bétail) et d’intrants (engrais chimiques, produits phytosanitaires, …).

iStock_000047699470_Medium-1024x682

Des raisons d’être inquiets ?

1/ Le Big Data aux mains de multinationales comme Monsanto

La maîtrise des données numériques pourra conférer une puissance hors normes aux multinationales ayant investi dans le Big data et cela a de quoi inquiéter. Monsanto a par exemple racheté pour des montants exorbitants plusieurs sociétés (The climate corporation, Solum, Precision planting…) dans le but de croiser les data agricoles nécessaires. Pour quoi faire ? Redonner de la souveraineté aux agriculteurs ou les rendre encore plus dépendants de ses propres solutions ?

Le géant américain a en tout cas bien compris la puissance mondiale que lui conférerait une main basse sur l’agriculture numérique. Face à cette menace le Think tank Renaissance numérique préconise la création d’une plateforme française open data de collecte et d’analyse des données agricoles. Ce rapport attire l’attention sur l’immobilisme des institutions représentatives, chambres d’agriculture, coopératives et syndicats professionnels, (…) sans lesquels l’agrégation de toutes les données agricoles nécessaires est impossible.

2/ Les agriculteurs sont mal préparés aux bouleversements de l’agriculture numérique

Les programmes de formation dispensés par les lycées agricoles n’intègrent pas encore de modules préparant les futurs agriculteurs aux outils numériques et aux impacts considérables qu’ils auront sur leurs métiers. C’est à l’extérieur du lycée agricole qu’ils devront faire ces découvertes. Il parait donc impératif et urgent de moderniser l’enseignement agricole, mettre en place des programmes de Mooc (Massiv Open Online Courses) et de e-learning pour donner une chance aux agriculteurs de comprendre l’environnement numérique avec lequel ils devront nécessairement composer dès aujourd’hui et encore plus demain.

3/ Les agriculteurs engagés dans la vente directe n’ont pas encore pris le virage internet

Sur les environ 100 000 exploitations agricoles pratiquant la vente directe en France, on peut estimer que moins de 5% des agriculteurs se sont lancés dans la vente sur internet. Or, 68% des achats effectués dans un point de vente sont déjà influencés par le digital en 2015. Leurs points de vente à la ferme ou leurs magasins collectifs sont en danger s’ils n’intègrent pas rapidement la vente en ligne. Pour faire ses courses, le consommateur plébiscite le drive. Leur nombre a été multiplié par 10 en 5 ans ; passant de 260 en 2010 à 2600 en 2015.

livre blanc

16 propositions pour prendre le train du numérique

Pour relever ces défis de l’agriculture connectée dans une société numérique, le Think tank « Renaissance numérique a rédigé 16 propositions pour repenser ou adapter la production, la distribution et la consommation alimentaire à ces nouvelles exigences. Par exemple…

- Garantir la couverture réseau nécessaire à une agriculture connectée, sans pénaliser les exploitations selon leur zone géographique.
- Faire des coopératives les principaux acteurs du Big data agricole.
- Mettre en place des programmes open data expérimentaux sur certaines filières pour recréer un équilibre entre les prix de production et les prix de vente.
- Inciter les acteurs de l’agroalimentaire à mettre en place des outils de traçabilité grand public pour informer sur la provenance du produit.

Lire le rapport entier ici.

Article écrit par Eric Lesage (La Ruche qui dit Oui)
Pour découvrir la Ruche qui dit Oui ! c’est par ICI et pour lire son blog, c’est .