Hospitalité Carnet de route

Aux oiseaux de passage

26.08.14

Siméa en se promenant le nez en l’air avait découvert le petit restaurant Aux oiseaux de passage. Elle était entrée et Jill, la patrone, lui avait dit de repasser le lendemain.

Le resto se trouve dans la cour du mortier d’or, qui donne sur la ruelle aux chats. Après un café, Jill nous a proposé de la suivre au marché de la halle, pas loin de là. Elle discutait avec entrain de son restaurant. Elle aurait préféré monter un lieu associatif mais ce n’était pas possible car ni les banques, ni le propriétaire ne voulaient la suivre. Elle a donc monté une entreprise. En allant au marché, elle salue tout le monde dans la rue, avec un grand sourire, « tout le monde se connait » nous dit-elle joyeusement. Elle a la pêche Jill !

Au marché, elle se fournit avec de petits producteurs mais l’affaire n’est pas encore installée, elle ne peut pas se fournir uniquement au marché et doit quand même passer  par Métro pour certaines choses. A long terme, elle aimerait s’en passer. Sur le marché, on passe voir Mademoiselle Chèvre, une productrice de fromage et le stand de La ferme de la fringale, une ferme où ils possèdent une meule et font eux-mêmes leur farine, puis leurs produits ; cookies, gougères, pâtes… On a goûté un cookie et une gougère, miam ! Le marché était animé, les commerçants criaient leurs prix à la volée … On a traversé la halle, deux musiciens jouaient des airs de l’armée rouge à la guitare et à l’accordéon, c’était bon enfant !

Du haut de ses 26 ans, après des études d’Art et une bonne expérience en service, Jill a décidé de monter ce resto là, sa première affaire. Elle a voulu créer un lieu de vie où l’on se sent comme à la maison. Il y a donc une ludothèque, un endroit où trouver des initiations au graffiti, des cours de soutien scolaire à prix libre, des vinyls à écouter, une bibliothèque bien fournie (avec possible échange de livres) et des jeux de société.  Le côté « entreprise » la dérange un peu, il faut que ce soit rentable même si cette logique du rentable n’est pas sa priorité. Comment garder son intégrité tout en menant une activité pérenne ? C’est son défi. Elle bosse beaucoup, mais avec le sourire. Elle est bien entourée d’ailleurs, des potes lui filent des coups de main et la soutiennent dans sa démarche. Un bon réseau est nécessaire pour lancer un premier restaurant.

Jill ne s’occupe pas de la cuisine. Elle a embauché deux mi-temps et un apprenti. Devant les fourneaux aujourd’hui, c’est Raph et Zozo qui s’affairent. Au menu ce jour là, on peut goûter un filet de canard miel moutarde. Au bar, on déguste des bières locales et des jus du pays d’Othe. On peut y manger du mardi au samedi midi, les vendredi et samedi c’est tapas et le jeudi soir, elle propose des repas à prix libre. Mais le prix libre met un peu de temps à faire son chemin dans l’habitude des troyens. En discutant sur sa terrasse, elle nous explique : « Mon rêve serait un lieu avec une scène de concert, des ateliers d’artistes, un endroit où les associations pourraient cohabiter avec des sociétés, une sorte de grande halle qui serait autonome financièrement ». En attendant, pour l’avenir, elle mise sur l’échange entre les petits. « Pourquoi n’y aurait t’il que les gros qui pourraient s’en sortir ? ». Entre producteurs et restaurateurs, une chaine plus courte, plus accessible, en dehors des grands réseaux.

A Troyes, la politique de la ville n’est pas forcément favorable à ce genre d’initiatives. Fortement ancrée à droite, le milieu associatif et alternatif peine à s’y faire une place. Mais pourquoi pas ? Sur la caisse trône un sticker du collectif  culture bar-bars dont Jil fait partie. « Pour le droit à la fête » dit elle. Jill aimerait bien faire vivre la ville, proposer des concerts ou des activités, sortir du cliché des jeunes qui foutent le bordel et aller vers ceux qui aiment la vie, tout simplement.

Aux oiseaux de passage
1, cour du Mortier-d’Or
10000 Troyes
France

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Hospitalité Reportage

« Quartier Libre », le joyeux espace alimentaire de la Goutte d’Or où le partage est un art de vivre

07.12.23
À la Goutte d'Or, quartier largement paupérisé et éminemment actif du XVIIIème arrondissement de Paris, Quartier Libre rassemble une diversité de personnes en nourrissant les corps et les âmes.

Hospitalité En voyage En voyage

De passage à Bristol

07.08.19
Nichée entre les Cotswolds et le Somerset dans le Sud-Ouest de l’Angleterre, à moins de deux heures de Londres en train, Bristol est décrite comme une des villes les plus agréables à vivre en Angleterre.

Hospitalité À lire À table

La renaissance des auberges par Victor Coutard et Anne-Claire Héraud

10.12.21
L'ouvrage Nouvelles auberges donne immédiatement envie de reprendre le chemin des routes de nos campagnes gourmandes.