En continu brève

Vers une mention obligatoire de l’origine des viandes dans les plats préparés

11.02.15

Les eurodéputés ont demandé mercredi à la Commission européenne d’imposer la mention du pays d’origine des viandes utilisées dans des plats préparés, malgré les réticences de l’industrie alimentaire.

Dans l’état actuel de la législation, le pays d’origine ne doit être mentionné de manière obligatoire que pour la viande bovine non transformée. Ce sera aussi le cas à partir d’avril pour les viandes porcine, ovine, caprine et la volaille, toujours non transformées. Concernant les plats préparés, comme les lasagnes, les pizzas ou autres nuggets, l’industrie alimentaire juge qu’un étiquetage sur le pays d’origine des viandes aurait un coût excessif. Mais l’argument, également invoqué par la Commission européenne, est mis en doute par certains députés. Ils citent notamment une étude de l’association française de consommateurs UFC-Que choisir, portant sur des aliments contenant du boeuf et jugeant que ce coût serait faible (0,7%).

« Après le scandale de la viande de cheval, il nous appartient de reconquérir la confiance des consommateurs« , a estimé l’Italien Giovanni La Via (PPE), plaidant au nom de la commission environnement du Parlement pour cet étiquetage obligatoire, alors que son groupe politique est apparu divisé sur la question. « Les lobbies ont fait leur travail: on retrouve les arguments de l’industrie alimentaire dans la bouche de certains députés« , notamment au sein du PPE, a déploré l’eurodéputé socialiste français Gilles Pargneaux devant des journalistes. La résolution demandant la mention du pays d’origine a été adoptée avec 460 voix pour, 204 contre, et 33 abstentions. Non-contraignante, elle demande à l’exécutif européen de légiférer pour imposer cet étiquetage. Elle demande des expertises complémentaires sur la question du coût pour les entreprises, après un rapport de la Commission en 2014 ayant mis en avant les surcoûts à attendre.

« information sans augmentation de prix »

Selon les eurodéputés, de 30 à 50% du volume total de la viande abattue dans les pays de l’UE est transformé en ingrédients carnés pour des aliments préparés, le plus souvent sous forme de viande hachée. Lors du débat dans l’hémicycle, le commissaire européen Jyrki Katainen a estimé que les consommateurs étaient effectivement intéressés par l’apport « d’informations les plus détaillées possibles« , mais à condition que cette information « soit donnée sans augmentation de prix« . En France, le gouvernement comme l’association de consommateurs UFC Que-Choisir ont salué l’adoption de cette résolution. Il s’agit de « demandes portées de façon constante par (Paris) depuis la crise de la viande de cheval » qui avait été découverte dans des plats présumés contenir du boeuf il y a deux ans, rappelle le ministère de l’Agriculture dans un communiqué. « Stéphane Le Foll mobilisera ses partenaires pour exiger de la Commission une telle initiative législative au plus vite », ajoute le document. Pour le président de l’UFC-Que Choisir Alain Bazot, « la balle est maintenant dans le camp de la Commission européenne« , qui va devoir sortir de son « autisme » pour donner suite à une demande insistante des « électeurs et des consommateurs« .

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

En continu Guide brève

Pour ne plus avoir à choisir entre poussette et fourchette, le Fooding Kids vous guide

29.02.24
Le Fooding a encore frappé avec une nouvelle rubrique : le Fooding Kids.

En continu Cinéma

Projection-débat avec le réalisateur de “La ferme des Bertrand” au cinéma Le Méliès de Montreuil

25.01.24
Grand succès du Fipadoc, "La ferme des Bertrand" de Gilles Perret en projection-débat avant sa sortie en salle le 31 janvier