En continu brève

UE-Mercosur : les syndicats agricoles français crient au « sacrifice » de la filière bovine

par AFP
02.02.18

Les trois principaux syndicats agricoles français ont estimé inacceptable mercredi un relèvement du contingent d’importation de viande bovine originaire des pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay) dans l’Union européenne, qui passerait selon eux par un « sacrifice de la filière bovine » française.

« La France et l’Union Européenne se préparent à lâcher l’agriculture dans la négociation en cours sur le Mercosur », estime le premier syndicat français FNSEA, membre du syndicat européen COPA-COGECA dans un communiqué intitulé « Mercosur: no pasaran ». « Sur le plan économique, le sacrifice de la filière bovine est une évidence » ajoute le communiqué qui rappelle que la filière avicole est également menacée par ces négociations commerciales, « ainsi que la viande porcine, le sucre ou l’éthanol ».

La Confédération paysanne estime que « l’Etat condamne les paysans ». Les importations d’Amérique du sud « vont déferler sur le marché européen et déstructurer un peu plus nos filières »: « Tout cela sans prendre en compte la traçabilité douteuse » des produits et leurs « conséquences néfastes sur l’environnement sur place: déforestation, culture de soja OGM.. »

La Coordination rurale pour sa part demande l’exclusion des produits agricoles du Mercosur et va écrire en ce sens aux députés français. Alors que le président Emmanuel Macron évoquait la semaine passée les « lignes rouges » à ne pas franchir sur cette négocation, « voici que cinq jours plus tard, les éleveurs apprennent que le contingent de viande bovine accordé au Mercosur pourrait passer de 70.000 à 99.000 tonnes! », s’étonne le syndicat.

Selon des sources concordantes européennes, l’UE serait prête à faire de nouvelles concessions en matière agricole, notamment sur le boeuf, afin de conclure l’accord commercial qu’elle négocie depuis plusieurs années avec les pays du Mercosur. La presse brésilienne faisait état pour sa part d’un contingent de 99.000 tonnes de boeuf, au lieu des 70.000 tonnes évoquées lors de l’offre de décembre, rejetée par l’UE à l’époque.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu Événement

Qu’est-ce qui est jeudi, à Paris, avec gastronomie, bistronomie et bonne ambiance garantie ? Le Food Market de Belleville!

15.11.23
Qu'est-ce qui est jeudi, à Paris, avec gastronomie, bistronomie et bonne ambiance garantie ? Le Food Market de Belleville!

En continu

Face à une augmentation sans précédent de la précarité alimentaire, Ministère, banques alimentaires et industriels s’organisent

17.11.23
Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a réuni les grands acteurs de l’aide alimentaire et sept entreprises de l'agroalimentaire pour proposer des solutions à l'augmentation de la précarité alimentaire.

En continu

Prix Coal 2023, une grande édition

07.12.23
Elle s’appelle Fabiana Ex-Souza, elle est née au Brésil et vit et travaille à Paris. Elle a reçu hier soir le prix Coal spécial du jury pour son projet Trouxas de Mandinga où l’artiste crée des objets à partir...