En continu brève

L’interdiction de certains herbicides jugée « inappropriée » par des fabricants

par AFP
15.02.16

Un regroupement de fabricants de produits phytosanitaires a jugé samedi « inappropriée » la demande de la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal d’interdire la commercialisation de certains herbicides contenant du glyphosate mélangé à des adjuvants à base d’amines grasses de suif (tallow amine). Vendredi, Ségolène Royal avait demandé à l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) une « réévaluation immédiate des produits phytosanitaires contenant du glyphosate et des co-formulants de la famille des tallow amine et le retrait des autorisations de mise sur le marché des produits concernés présentant des risques préoccupants« . Cette décision faisait suite à l’expertise remise le même jour par l’Anses sur ces produits. « Aucune information nouvelle dans le rapport de l’Anses ne permet de justifier un changement concernant l’autorisation des formulations à base de glyphosate en France« , a jugé samedi la Plateforme Glyphosate France, qui regroupe sept entreprises commercialisant des produits à base de glyphosate en France (Nufarm, Syngenta France, Dow AgroSciences, Adama France, Monsanto, Arysta Lifesciences et Cheminova Agro France).

« L’interdiction potentielle des préparations associant glyphosate et tallow amine envisagée par le ministère de l’Environnement est donc inappropriée« , ajoute la plateforme dans une déclaration écrite transmise à l’AFP. L’étude de l’Anses a conclu, comme l’avait fait en novembre 2015 l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), que « les informations disponibles sur les risques du glyphosate seul ne justifient pas, à ce stade, un classement cancérogène probable« . En revanche, l’Agence française a estimé que « le mélange du glyphosate avec certains co-formulants, notamment des co-formulants de la famille des tallow amines, peut présenter des risques particuliers pour les utilisateurs du grand public ou du monde agricole« . De son côté, la plateforme appelle « à éviter toute mesure précipitée, décidée avant même de connaître les résultats d’évaluation des risques des préparations » que la ministre a demandé à l’Anses. Elle n’a en revanche pas été en mesure d’indiquer combien de produits commercialisés par ses membres cette interdiction pourraient être concernés par cette interdiction.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

En continu Rendez-vous

Rencontres de Gallica : Vigne et vin

27.11.23
Cette séance des « Rencontres de Gallica » propose de montrer la place majeure de la viticulture dans la société française, à travers des sélections de documents dédiés à la vigne et au vin.

En continu Cinéma

Projection-débat avec le réalisateur de “La ferme des Bertrand” au cinéma Le Méliès de Montreuil

25.01.24
Grand succès du Fipadoc, "La ferme des Bertrand" de Gilles Perret en projection-débat avant sa sortie en salle le 31 janvier