En continu brève

L’association Alimentation & Tendances réclame moins de pression fiscale

07.10.14

L’association Alimentation & Tendances, qui représente plus de 75.000 petits commerces de la restauration rapide et de l’alimentation boulangère, a réclamé mardi une série de mesures destinées à « diminuer la pression fiscale et réglementaire ».

Dans un livre blanc qui doit être présenté cette semaine à Carole Delga, la secrétaire d’Etat chargée du Commerce et de l’Artisanat, les professionnels du secteur demandent notamment une simplification des taux de TVA appliqués au secteur alimentaire. « Le gouvernement tend à favoriser les grandes surfaces« , se désole Sophie Duprez, présidente d’Alimentation & Tendances. « Par exemple, les carottes râpées vendues en grande surface sont taxées à 5,5% tandis qu’elles le sont à 10% dans la petite restauration, dès lors que l’on rajoute une fourchette pour les consommer« . Une situation considérée comme injuste par l’association, qui demande « une simplification des taux de TVA, qui vont jusqu’à cinq taux différents dans le secteur, et une équité avec la grande distribution« .

Pénélope de Wulf, de l’enseigne Stratto, souligne par ailleurs que le relèvement de la TVA de 5,5% à 7% en 2012 puis à 10% en 2013 dans la restauration et la vente de produits alimentaires préparés a eu un impact non négligeable sur la trésorerie et les perspectives d’emploi des petits commerces alimentaires. « Les marges se compressent de plus en plus, et comme on ne peut pas agir sur le loyer, on revoit à la baisse les perspectives d’emploi« , souligne-t-elle.

Autre revendication: l’abandon de certains affichages obligatoires comme, à compter du 13 décembre, l’étiquetage pour les produits préemballés qui doit « mentionner la présence de l’une des 14 substances provoquant des allergies ou intolérances ». Pour Sophie Duprez, la réglementation est telle que « plus personne aujourd’hui n’est aux normes« , ce qui place les petits commerçants dans une situation de délinquants potentiels. Alimentation & Tendances pointe également du doigt les difficultés liées à l’application du label « fait maison » sur certains plats élaborés sur place à partir de produits bruts. Alors que les contrôles de la Direction générale de la consommation (DGCCRF) doivent commencer à partir du 1er janvier, les professionnels se disent complètement démunis et réclament une meilleure définition des critères de ce label. »On rentre dans le plus-plus-plus et ça devient difficile à gérer« , constate Gilles Peillon, cofondateur de la franchise PeGast.

Le livre blanc revient également sur l’interdiction légale d’embaucher un salarié moins de 24 heures par semaine, une disposition qui, selon les professionnels, n’est pas adaptée aux enseignes de restauration qui n’ouvrent qu’une dizaine d’heures par semaine, au moment du déjeuner.
« On ne peut plus créer d’emploi dans de bonnes conditions« , constate Sophie Duprez. L’association Alimentation & Tendances, qui revendique 1.450 adhérents, a été créée en 2012 pour faire entendre la voix des professionnels de la restauration rapide et de l’alimentation boulangère qui réalisent moins de trois millions d’euros de chiffre d’affaires. Elle compte parmi ses adhérents les enseignes Paul, Mie Câline, la Brioche dorée ou encore EXKi. Au total, le secteur emploie 250.000 salariés.

Paris, 7 oct 2014 (AFP) –

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Prix Coal 2023, une grande édition

07.12.23
Elle s’appelle Fabiana Ex-Souza, elle est née au Brésil et vit et travaille à Paris. Elle a reçu hier soir le prix Coal spécial du jury pour son projet Trouxas de Mandinga où l’artiste crée des objets à partir...

En continu Cinéma

Projection-débat avec le réalisateur de “La ferme des Bertrand” au cinéma Le Méliès de Montreuil

25.01.24
Grand succès du Fipadoc, "La ferme des Bertrand" de Gilles Perret en projection-débat avant sa sortie en salle le 31 janvier

En continu

Refugee Food organise un ragoût solidaire pour 200 personnes

01.12.23
Lundi 18 décembre, Refugee Food organise un ragoût solidaire entre 19h30 et 22h30 à Ground Control, dans le 12ème arrondissement de Paris.