Et oui, lecteurs masculins qui avez ou aurez la nécessité de fréquenter d’ici dimanche les urinoirs du Salon de l’Agriculture, il vous faudra passer quelques secondes, ou minutes selon, devant cette affiche forcément inratable donc, sauf à prendre le risque de regarder derrière soi et rendre l’opération délicate.

Entendons-nous bien, je ne suis pas végétarien et j’ai toujours mangé de la viande. À Alimentation Générale, nous cultivons l’amour de l’artisanat à son plus haut niveau et nous avons écrits des portraits-interviews de bouchers d’exception comme parlé d’éleveuses formidables. Nous ne militons ni pour le véganisme ni pour les viandars invétérés, mais essayons d’être à l’écoute et de retranscrire au plus près les mouvements des mangeurs français et occidentaux.

Alors cette affiche pour faire pipi, chers amis de l’Interprofession de la viande (Interbev), elle nous paraît à l’envers du monde tel qu’il va. Soit vos ingénieurs en marketing ont fait sauter le cours de sociologie dans leur école, soit ils n’ont jamais rencontré de nutritionniste du XXIème siècle, à moins que ce ne soit les deux cumulés. On comprend bien l’urgence à ce que nos éleveurs arrêtent de perdre des parts de marché, mais permettons-nous de vous dire que vous vous y prenez de la pire manière.

Imaginez un peu qu’il y a 20 ans, on ait produit des affiches pour faire pipi vantant les mérites du chauffage au charbon, imaginez aujourd’hui que l’industrie automobile vante avec la même méthode les mérites du diesel. Votre décalage avec l’horloge de la société n’est malheureusement plus rattrapable avec les recettes publicitaires du passé. Ce n’est plus les logiciels de l’économie du secteur qu’il faut changer, mais tout le disque dur et la carte mère.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par