Chronique La Cerise sur le gâteau

De Nantes à Rezé : le Marché d’Intérêt National déménage

07.10.18

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un déménagement. Si si, d’un déménagement ! Car figurez vous que les nantais vont dès le mois de février voir disparaître du centre ville le balais ultra matinal des camionnettes du Marché d’Intérêt National, le MIN, qui part s’installer à Rezé dans des locaux flambant neufs près du périphérique et des autoroutes.

À près de 150 millions d’euros le coût du transfert, aux frais exclusifs du contribuable métropolitain, avouez que l’opération, unique en son genre à ce jour sur le territoire français, mérite quelque attention. Sans doute que peu de nos auditeurs savent précisément ce qu’un MIN a avoir avec leur assiette. En réalité, à peu près tout ! Je m’explique. Imaginez un instant que demain une catastrophe du type pénurie de pétrole supprime soudainement toute possibilité de circulation routière. Paris aurait alors en tout et pour tout 2 à 3 jours d’autonomie alimentaire ! Pourquoi ?

Précisément à cause d’un MIN, plus connu que celui de Nantes : Rungis, désormais premier marché de gros de produits frais en Europe. C’est ainsi que les mangeurs que nous sommes dépendent d’un système d’approvisionnement qui visiblement a fait ses preuves au fil du temps. Parce que c’est le Général de Gaulle qui, en 1962, alors que la France ne comportait que 45 millions d’habitants a pensé que unité de lieux, de temps et de personnes, permettrait pour longtemps l’approvisionnement du commerce de proximité mais aussi l’allègement des frais matériels et la clarification des transactions des circuits de distribution. 19 MIN plus tard savamment répartis sur le territoire, Nantes est devenu le deuxième après Rungis et va se déployer désormais conjointement avec un pôle agroalimentaire sur plus de 55 hectares avec 2.000 emplois en jeu.

Un tel système et de tels investissements qui se justifiaient au sortir de la guerre, sont-ils encore vraiment pertinent aujourd’hui ? Et bien, si les opérateurs nantais nous annoncent avoir construit un projet pour les 50 prochaines années, on peut effectivement se poser la question, au regard de l’accélération des changements dans les circuits de production et de distribution. Je prendrais pour seul prisme d’analyse celui, précisément, de l’autonomie alimentaire des villes qui, en moyenne, tenez vous bien, ne consomment que 2% de denrées locales. Notons d’ailleurs que Nantes avec 6,4% est la troisième aire la plus autosuffisante de France juste après les villes de taille plus modestes que sont Avignon et Valence.

Ce qui est frappant à travers ces chiffres, c’est un circuit économique assez absurde. Ainsi, à l’échelle des aires urbaines, nous importons la quasi-totalité des produits agricoles qui entrent dans notre alimentation et exportons dans le même temps la quasi-totalité de ce que nous produisons dans nos champs ou nos fermes. Ce phénomène est essentiellement dû au fait que nos territoires se sont progressivement inscrits dans une économie mondialisée avec une ultra spécialisation de ses acteurs au détriment de la diversification. Or, tous les experts de l’environnement montrent à quel point il est devenu crucial de chercher à faire émerger localement des modèles économiques innovants : économie circulaire, démarches collaboratives dans la production ou la distribution, chantiers d’insertion, micro usines ou micro fermes… etc.

Johanna Rolland, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole avait affirmé au moment de la pose de la première pierre du MIN qu’une place serait donnée aux circuits courts et à l’agriculture biologique qui incarnerait, je cite :  « l’alliance des territoires, urbains et périurbains ». On ajouterait volontiers « ruraux » à la liste, en proposant de repenser le rôle des MIN en en faisant aussi et surtout des « MIT », Marchés d’Intérêt Territorial.

Les Bonnes Choses du 07/10/2018 – Nantes, capitale européenne de l’alimentation?

A Nantes, il n’y a pas que les biscuits Paille d’or et les Petits beurre : le beurre blanc, les civelles, la fouace, les bottereaux, les berlingots, le muscadet, la mâche sont tous des produits nantais. La richesse et la variété des mets régionaux font de la ville une véritable pépinière pour la gastronomie du quotidien. Cette semaine Nantes vit au rythme du Nantes Food Forum et devient pendant cinq jours la capitale de l’alimentation. France Culture est partenaire de cet événement, et comme il se murmure que la ville pourrait bien devenir, si elle ne l’est pas déjà, le laboratoire de la cuisine de demain, pour en avoir le coeur net, nous avons fait le déplacement…

Invités

Ludovic Pouzelgues, chef du restaurant Lulu Rouget à Nantes

Richard Baussay, chargé de la promotion culinaire au Voyage à Nantes

Chroniques

La Madeleine de… Juliette: « Le point commun entre la cuisine du Limousin et le couscous kabyle, c’est l’ail. »

Et La Cerise sur le gâteau, la chronique de Pierre Hivernat, De Nantes à Rezé : le Marché d’Intérêt National déménage

Réécoutez l’émission

 

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Chronique

Lettre d’info n°11 – On se met au vert?

21.03.24
Le printemps pointe son nez. Il est enthousiasmant, ce cycle perpétuel, cette mutation vers le renouveau. Tout bourgeonne et se couvre de nuances de vert, cette couleur que l'oeil humain arrive à capter dans toute ses nuances.

Chronique

Lettre d’info n°6 – Le gros souper

22.12.23
Alors cette semaine, on vous a concocté une lettre un peu plus dense que d'habitude, un peu comme un gros souper du réveillon ou un menu dégustation !

Chronique

La fête des anniversaires

22.05.24
Samedi 25 mai, Alimentation Générale fêtera ses 10 ans, Le Parti Poétique ses 20 ans et COAL ses 15 ans. Une belle occasion pour se retrouver à la ferme de Zone Sensible à Saint-Denis et célébrer avec vous les...