Chronique Cerise sur le gâteau #49

Matt Apuzzo, un homme contre la PAC

16.02.20

Et bien effectivement, cette semaine, je voulais m’attaquer à un Himalaya journalistique, une montagne d’ennui potentiel pour nos auditeurs à une telle heure, un dimanche : la politique agricole commune, la PAC.

Alors, ne partez pas chers auditeurs, je vous jure que le sujet est essentiel et qu’il y a d’autres manières de le traiter qu’à travers l’interprétations des statistiques de la Commission européenne selon la police ou selon les manifestants. En réalité, j’ai trouvé l’homme de la situation en la personne d’un très éminent journaliste du New York Times qui s’appelle Matt Apuzzo et qui fait partie du club très fermé des journalistes deux fois lauréats du prestigieux prix Pulitzer.

La dernière fois, c’était en 2018 pour récompenser la qualité de l’enquête qu’il avait mené sur les liens entre la campagne électorale de Trump et la Russie. Dans la foulée, il est envoyé en poste à Bruxelles où il en vient très vite à s’intéresser à l’un des plus grands programmes mondiaux d’aide aux agriculteurs, qui pèse 60 milliards d’Euros, soit tout simplement 40% du budget de notre Union Européenne. On s’en doute un peu, Matt Apuzzo n’est pas trop du genre à se contenter des centaines de pages de documents existants sur le sujet, pas plus que des discours formatés des politiciens européens.

Il décide donc d’aller enquêter sur le terrain voir qui touche quoi, pour cultiver quoi et il est particulièrement intrigué par neuf pays, plutôt du côté de l’Europe de l’Est. Il s’y rend pendant des mois, y épluche les données des services d’urbanisme, observe les mouvements des terres, enquête sur les propriétaires, recoupe ses informations avec les tableaux des subventions européennes et publie, le 3 novembre dernier, le premier volet de son enquête qui sera suivi de deux autres en décembre, provoquant un véritable séisme à Bruxelles.

Je vous livre juste un extrait de ses conclusions : « Les subventions agricoles européennes sont utilisées pour soutenir les oligarchies locales et produisent la version moderne d’un système féodal corrompu. Les aides et subventions sont ainsi captées par une poignée d’acteurs, élus ou proches d’hommes politiques, qui ont fait main basse sur les terres agricoles, auparavant exploitées dans le cadre des systèmes collectivistes de ces pays de l’Est. Ces dérives conduisent par ailleurs au maintien d’une paysannerie sans terre, exploitée par ces grandes structures agricoles. » Rien que ça. Mais Matt livre également des noms, et pas des seconds couteaux, en montrant par exemple comment Andrej Babiš, Président du gouvernement de la République tchèque et homme d’affaires dans le secteur de l’agroalimentaire ou Victor Orban, premier ministre hongrois captent pour eux ou leur famille, des fonds de la PAC.

Son enquête a fait beaucoup de bruit, jusqu’à mobiliser voici une quinzaine de jours un certain nombre de parlementaires européens qui ont demandé quelques explications au nouveau Commissaire européen en charge de l’agriculture, qui, ça tombe bien, est polonais.

Alors vous voyez que grâce à Matt Apuzzo, la PAC devient au fond assez simple : il faut le plus vite possible oublier tout ce qui a été fait jusque-là et repartir d’une page blanche afin que tous les citoyens y comprennent quelque chose tout en militant pour l’impérieuse nécessité d’une Europe irréprochable.

Et pour ceux de nos auditeurs, Caroline, qui seraient à Paris le 22 février prochain, Matt Apuzzo participera à un débat public dont vous trouverez les détails sur les sites des Bonnes Choses et d’Alimentation Générale.

 

Les Bonnes Choses du 16/02/2020 – Les bonnes étoiles de Stéphane Le Quellec

Portrait de la cheffe Stéphanie Le Quellec, doublement étoilée au Michelin et qui a ouvert à l’automne son propre restaurant gastronomique La Scène, à Paris. Un lieu à elle, dont l’ancienne candidate de Top Chef, qui revendique une cuisine classique et « désacralisée », a toujours rêvé.

Ancienne candidate de Top chef, Stéphanie Lequellec a travaillé à « désacraliser » la cuisine des palaces avant d’ouvrir son propre restaurant gastronomique, La Scène, situé dans le VIIIe arrondissement à Paris.

Avec une cuisine qui se veut classique mais expressive, loin des effets de mode, ce lieu lui a valu d’être la seule femme à décrocher deux étoiles dans le Guide Michelin, dont le palmarès 2020 a été dévoilé le mois dernier. Portrait.

Avec : Stéphanie Le Quellec, Cheffe étoilée

Chroniques :
La madeleine de
… Ernest Pignon-Ernest : « La pissaladière, c’est l’odeur de Nice ».
La Cerise sur le gâteau de Pierre Hivernat : Matt Apuzzo

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Chronique

Lettre n°9 – Exception agricole, rien n’a vraiment changé !

13.02.24
En pleine crise agricole, nous avons ressorti une chronique sur l'exception agricole selon Michel Serres qui date de 2017, et où l'on constate que rien n'a vraiment bougé. Nous avons également remonté notre dossier spécial avec la Fondation Michel...

Chronique Les vraies-fausses légendes

La bûche de Noël

22.12.23
Il fallut en prendre des bûches et des marrons avant que la bûche ne s'amollisse en génoise. Vous connaissez la vraie histoire de la bûche de Noël ?

Chronique IDÉES

Les 10 cadeaux de Noël de la rédaction

16.12.23
C'est chaque année la même chose : trouver que mettre au pied du sapin. Mais si on écarte la mandarine et la paire de chaussette - ce qui n'est déjà pas mal, en ces temps de restrictions budgétaires -...