Ville campagne Agriculture urbaine

Le toit de l’Opéra Bastille ou les marches de Bercy pour végétaliser Paris

14.04.16

Le toit de l’Opéra Bastille, les marches de Bercy, un parking en sous-sol sont quelques-uns des 47 sites de Paris dévoilés jeudi qui sont mis à disposition par la Ville et ses partenaires pour végétaliser la capitale, y faire pousser plantes et légumes et « répondre concrètement aux défis climatiques ».

La Mairie de Paris, à l’initiative de l’opération « Paris-culteurs », a annoncé la liste et les caractéristiques de ces sites en invitant les « innovateurs du monde entier » — associations, paysagistes, agriculteurs, entrepreneurs, etc — à soumettre leur projet de végétalisation ou d’agriculture urbaine sur ces toits, façades ou sous-sols.

100 hectares

« Dans un territoire parisien dense, cet appel à projets servira de catalyseur pour développer de nouveaux modes d’accès à la nature« , a indiqué Pénélope Komitès, adjointe PS aux espaces verts de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. L’opération « Paris-culteurs » a pour objectif d’offrir à la culture, d’ici 2020, 100 hectares dont 30 dédiés à l’agriculture urbaine, sur les bâtiments parisiens, autant pour « lutter contre l’érosion de la biodiversité » que développer les circuits courts ou créer du lien social. Les parcelles devront pouvoir proposer des techniques variées de culture (aquaponie, hydroponie, permaculture, culture en bac, champignonnière, etc).

29 sites dédiés à l’agriculture urbaine

Pour cette première vague, les sites choisis offrent une surface globale de 5,5 hectares sur des bâtiments de la Ville (directions diverses, écoles, gymnases), de partenaires publics (RATP, ErDF, La Poste Immo) ou privés (J.C.Decaux, la Compagnie de Phalsbourg). 29 sites sont dédiés à l’agriculture urbaine sur 4 hectares, allant de 180 à 6000 m2. L’Opéra Bastille propose ainsi 5.000 m2 de sa toiture. La salle de concerts de Bercy offre 270 m2 de ses marches à végétaliser. La RATP met à disposition 1.000 m2 du toit-terrasse de son centre médical, l’hippodrome de Vincennes 3.500 m2 sur ses toits et, pour un potager en pleine terre, le centre de sa piste.

Les candidats potentiels ont jusqu’au 4 juillet 16h00 pour déposer leurs dossiers, avant qu’un jury international ne désigne les lauréats à l’automne pour un début de mise en oeuvre à la fin de l’année. Des conventions d’occupation du domaine public seront signées avec la Ville. Des redevances sont prévues, de l’ordre de 100 euros annuels par tranche de 500 m2.

Les détails de l’opération peuvent être consultés sur www.parisculteurs.paris.

Image : Le graffiti en mousse – Anna Garforth

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Ville campagne Épisode 1/6

Paysan(ne), un métier d'avenir ? Pas vraiment ...

11.12.23
Qui vont donc être nos futurs paysans et à quoi ressemble ce chemin semé d'embuches pour remplacer les anciens ?

Ville campagne Un oeil sur le monde Un oeil sur le monde

À Los Angeles, des frigos communautaires pour les plus démunis

20.07.20
Sur ce trottoir de Los Angeles, trône un réfrigérateur rouge barré d'un message en lettres blanches: "nourriture gratuite". Lait, fruits, légumes, poulet et fromage, tout est à disposition de ceux qui en auraient besoin.

Ville campagne Un oeil sur le monde Un oeil sur le monde

A Dubaï, une « révolution agricole » au milieu du désert

18.08.20
Al-Badia, ferme ultramoderne érigée au milieu du désert, témoigne de la volonté de Dubaï de mener sa propre "révolution agricole" pour se défaire, un tant soit peu, de sa trop forte dépendance alimentaire.