Hospitalité En cuisine

Les recettes maison des chefs confinés

Confinés en pleine pandémie, leurs restaurants fermés, les grands cuisiniers savourent le plaisir du « fait maison » avec les fonds de placard, partageant leurs recettes au cours d’une émission télé ou sur les réseaux sociaux.

On en fait tous l’expérience tous les jours. On ne pense à peu près qu’à ça : trouver à manger quelque chose de bon (pas forcément se ruer dans un supermarché) et ensuite  cuisiner. Tout commence avec le chef italien Massimo Bottura. Lui et sa famille donnent depuis le début du confinement en italie, un accès direct à leur maison familiale avec un show sur son compte Instagram, Kitchen Quarantine.

L’idée est celle d’Alexa, la fille de Massimo, qui, voyant son père cuisiner, se dit que peut-être d’autres personnes aimeraient voir ça … Elle propose ainsi à son père de partager leurs repas familiaux. Et nous voilà, tous les jours à 8 heures à retrouver la famille Bottura sur la page Instagram du chef. Et pourquoi ? Parce qu’on apprend une recette bien sûr, mais surtout parce qu’on semble vraiment être, l’espace d’une recette, avec la famille Bottura. D’ailleurs tout le monde s’y met : l’épouse Lara, le fils Charlie, et Alexa bien sûr qui filme. Même le chien passe parfois par là. C’est joyeux et accueillant, tout ce qu’il faut en ces temps moroses.

https://www.instagram.com/p/B9uHfGJpqm4/?utm_source=ig_web_copy_link

Cuisine « anti-prise de tête »

En France, les chefs s’y mettent aussi, chacun dans leurs genres, de façon plus ou moins personnelles.  Privé de produits sophistiqués avec lesquels il cuisine dans son restaurant, Cyril Lignac comme les autres chefs interrogés par l’AFP, trouve « génial » ce nouvel exercice de cuisine maison qu’il déploie dans l’émission « Tous en cuisine » sur M6 lancée mardi. En t-shirt,  il prépare un dîner en direct et en prime-time depuis chez lui avec en duplex des personnalités et des anonymes dans leurs cuisines. Avec cette émission qui va durer le temps du confinement, il espère amener les Français à cuisiner à la maison en leur montrant que cela peut être simple, bon et peu coûteux.

« Je ne triche pas, j’ai une micro-cuisine, si j’y arrive, vous pouvez y arriver aussi « : dans un tuto, la cheffe parisienne Amandine Chaignot vous apprend, elle, à préparer les asperges. Pas la peine de se prendre la tête avec une mayo ou une sauce hollandaise maison faciles à rater ou d’avoir trop de vaisselle à faire. Ici, la cheffe, qui avait concocté le repas pour la dernière édition du très prestigieux dîner de la mode de Sidaction en janvier, cuit les asperges et les oeufs dans la même casserole, mélange les jaunes coulants avec du beurre et y ajoute les blancs hachés. Cette vidéo est enregistrée pour ses copains qui « ont l’habitude de manger au restaurant « . « Cela peut être paralysant de se dire je ne sais pas faire les choses les plus simples « , raconte-t-elle à l’AFP. « Il faut que ce soit facile, rapide, sans utiliser du matériel ou des ingrédients introuvables « .

Cuisine maison

A Marseille, le projet du moment d’Alexandre Mazzia, 2 étoiles Michelin et chef de l’année 2019 du guide Gault et Millau, est celui d’un « père de famille » qui fait avec ses enfants les devoirs, du sport et à manger. Dans des rares moments de répit, il publie sur Facebook quelques recettes adaptées au temps de quarantaine qui font un tabac. Comme ce gâteau au chocolat « qu’on bat comme une omelette, simple et gourmand  » que l’on peut réussir sans  » blanchir les oeufs, ni tamiser la farine « . Dans sa salade de lentilles vertes du Puy, on peut remplacer la noix de cajou par un autre fruit à coque et le kumquat par une pomme acidulée, le secret c’est le bouillon où l’on rajoute du café et une vinaigrette au miel et curry. « J’ai reçu 350 SMS me demandant quoi faire avec les lentilles de Puy « , raconte-t-il à l’AFP.

https://www.instagram.com/p/B-FB4rFoS0Q/?utm_source=ig_web_copy_link

Chef triplement étoilé et membre du Collège culinaire de France qui promeut le patrimoine gastronomique français, Christophe Bacquié basé à Castellet, en Provence, apporte, lui, des saveurs méditerranéennes dans nos assiettes. Endives à l’orange, au miel et au romarin, cake au citron et à l’huile d’olive. « C’est ma femme qui m’a convaincu de poster sur Instagram ce que je fais quand on est en famille « , dit Christophe Bacquié. Si avec la fermeture des marchés on ne trouve pas de Saint-Pierre pour réaliser un plat avec des asperges, on peut tenter la recette de sa mère: galette de pommes de terre sans oeufs ni farine. L’astuce est de ne pas les rincer pour conserver l’amidon. A venir: les blancs de volaille que tout le monde peut acheter dans les supermarchés ou la polenta twistée avec des agrumes. « On fait avec ce qu’on a, le confinement c’est pour tout le monde, on a le devoir de montrer l’exemple « , résume pour l’AFP Christophe Bacquié.

Cuisine pour tou(te)s

Mais la cuisine, c’est bien pour tous, et chacun s’en donne à coeur joie, comme ici Anne Ettore, qui nous régale tous les jours de ces recettes alléchantes ou encore Nonna Nerina, grand-mère italienne de 84 ans, qui nous apprend à faire les pâtes maison grâce aux vidéos filmés avec l’aide de sa petite-fille, Chiara.

https://www.instagram.com/p/B-NEfDgpMIO/?utm_source=ig_web_copy_link

https://www.instagram.com/p/B9yggAtKS27/?utm_source=ig_web_copy_link

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Hospitalité Carnet de route

Le goût de l’Écosse

07.04.23
De voyage dans les contrées spectaculaires d'Écosse, voici trois haltes conseillées dans les Highlands, pour vous restaurer et découvrir quelques distilleries.

Hospitalité Laits végétaux

Le lait d’avoine bien parti pour devenir le roi des laits végétaux

11.03.20
Il pèse encore peu sur le marché des laits végétaux mais le lait d'avoine connaît une croissance inédite qui pourrait le voir devancer un jour le soja ou l'amande, grâce à son goût, ses vertus nutritives, environnementales et son...

Hospitalité

Adriano Farano, le boulanger qui fait exclusivement du pain qui fait du bien

18.01.24
Pane Vivo - l’Officina, l’une des boutiques parisiennes de l'Italien Adriano Farano, n'a qu'une seule promesse : “Un pain qui fait du bien et qui se garde”.