En continu brève

Vers l’interdiction de l’herbicide le plus utilisé en France?

par AFP
08.06.15

L’association de consommateurs CLCV a interpellé lundi les autorités sanitaires concernant le glyphosate, l’herbicide le plus utilisé en France, classé comme « probablement cancérigène », demandant notamment qu’il ne soit plus vendu en libre service aux jardiniers amateurs. La CLCV (Consommation, Logement, Cadre de vie) « interpelle les agences sanitaires françaises et européennes et le ministre de l’Agriculture au sujet de l’herbicide le plus utilisé en France, qui a été classé comme -probablement cancérigène-« , dans un communiqué. « Nous demandons notamment de suspendre sa commercialisation en libre-service pour les usages domestiques (jardiniers) », ajoute la CLCV.

Le glyphosate, présent notamment dans le Roundup (Monsanto), et les insecticides malathion et diazinon ont été classés en mars cancérogènes « probables chez l’homme », même si les « preuves sont limitées », selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). La CLCV demande « une analyse approfondie, d’une part, de l’utilisation du glyphosate dans l’agriculture et, d’autre part, de son impact sur l’environnement et la santé des consommateurs ». « Dans ce contexte, nous souhaitons qu’une analyse des bénéfices/risques des alternatives possibles dans le cadre d’un usage agricole au glyphosate soit lancée par l’agence sanitaire », ajoute l’association de consommateurs. La CLCV préconise « l’intégration de la synthèse effectuée par le CIRC dans la réévaluation de la sécurité du glyphosate en cours par l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), ainsi que la prise en compte de tous les autres éléments de preuve scientifique pertinents et indépendants ». « L’avis du CIRC est un rapport préliminaire et non définitif. Les différentes autorités sanitaires européennes dont l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) sont dans l’attente de la publication des monographies correspondantes (documents scientifiques ayant servi de base à sa décision), attendues dans les prochains mois », souligne la Plateforme glyphosate France, qui réunit la plupart des entreprises commercialisant des produits phytosanitaires à base de glyphosate.

« Le processus de réévaluation décennale du glyphosate, en cours au niveau de l’Union Européenne, porte sur une base de données et d’études scientifiques importante de plus de 200 études toxicologiques (tandis que la décision à laquelle est parvenue le CIRC n’est basée que sur une sélection d’informations disponibles dans le domaine public) », rappelle-t-elle encore. Pour sa part, le groupe Monsanto, qui fabrique le Roundup, avait exprimé en mars son désaccord avec les conclusions du CIRC, relevant que celles-ci n’étaient pas basées sur de nouveaux travaux de recherche ou de nouvelles données scientifiques.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu Guide brève

Pour ne plus avoir à choisir entre poussette et fourchette, le Fooding Kids vous guide

29.02.24
Le Fooding a encore frappé avec une nouvelle rubrique : le Fooding Kids.

En continu Rendez-vous

Rencontres de Gallica : Vigne et vin

27.11.23
Cette séance des « Rencontres de Gallica » propose de montrer la place majeure de la viticulture dans la société française, à travers des sélections de documents dédiés à la vigne et au vin.

En continu

Face à une augmentation sans précédent de la précarité alimentaire, Ministère, banques alimentaires et industriels s’organisent

17.11.23
Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a réuni les grands acteurs de l’aide alimentaire et sept entreprises de l'agroalimentaire pour proposer des solutions à l'augmentation de la précarité alimentaire.