En continu brève

Les charcutiers alsaciens renoncent à contre-coeur à l’IGP « knack d’Alsace »

par AFP
05.11.15

Au terme de 12 ans de procédure, les charcutiers alsaciens, qui demandaient la protection de la knack d’Alsace au niveau européen, ont renoncé à leur demande d’IGP pour ne pas pénaliser les autres charcuteries alsaciennes, a-t-on appris jeudi auprès de leur association. Réunis au sein de l’Association pour la promotion de la charcuterie d’Alsace (Apca), les professionnels ont décidé de retirer leur demande d’Indication géographique protégée (IGP) auprès de l’Institut national des appellations d’origine (Inao). Avec l’IGP « knack d’Alsace », ils entendaient protéger l’origine et le procédé de fabrication de cette saucisse alsacienne, au même titre qu’une centaine d’autres produits agroalimentaires au niveau national qui bénéficie déjà du sigle IGP. L’Apca a estimé que l’IGP knack d’Alsace imposait une réglementation trop difficile à appliquer et « trop pénalisante » pour les professionnels, a expliqué à l’AFP Bernard Jauss, artisan membre de l’association, confirmant une information des Dernières Nouvelles d’Alsace. L’IGP imposait aux professionnels de retirer toute référence à l’Alsace, cigognes ou autres maisons à colombages des emballages des autres produits des charcutiers alsaciens, a précisé l’artisan. Quelque 6.000 tonnes de knacks -saucisse à base de porc et de boeuf, cuite embossée dans un boyau naturel, fumée à chaud au bois de hêtre, et de forme légèrement incurvée- sont produites chaque année. La knack représente près de 10% des 65.000 t de production de charcuterie alsacienne. Homologué au niveau national et européen, le dossier de la saucisse alsacienne avait jusqu’ici franchi toutes les étapes pour obtenir le macaron européen bleu et jaune. L’assemblée générale de l’Apca, en octobre, « d’un commun accord, a renoncé à cette IGP », a précisé M. Jauss, qui préside un syndicat de quelque 300 artisans bouchers-charcutiers-traiteurs alsaciens.

Après le revirement de l’Apca, plusieurs députés bas-rhinois s’étaient rendus le 28 octobre au ministère de l’Agriculture pour plaider le dossier de la knack. Le ministère a confirmé que l’obtention de l’IGP « excluait de facto la possibilité pour les professionnels de faire référence (à l’Alsace, NDLR) sur tout autre produit charcutier que la knack », a rapporté le député Patrick Hetzel (Les Républicains), qui faisait partie de la délégation, sur sa page internet. Selon le député, le ministère entend organiser prochainement une réunion de travail avec les professionnels concernés pour trouver « une solution concrète et opérationnelle », qui leur permette de « valoriser de façon plus importante, même sans IGP, la catégorie générique +charcuterie d’Alsace+ à laquelle appartient la knack ».

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

En continu Événement

Qu’est-ce qui est jeudi, à Paris, avec gastronomie, bistronomie et bonne ambiance garantie ? Le Food Market de Belleville!

15.11.23
Qu'est-ce qui est jeudi, à Paris, avec gastronomie, bistronomie et bonne ambiance garantie ? Le Food Market de Belleville!

En continu Rendez-vous

Rencontres de Gallica : Vigne et vin

27.11.23
Cette séance des « Rencontres de Gallica » propose de montrer la place majeure de la viticulture dans la société française, à travers des sélections de documents dédiés à la vigne et au vin.