En continu brève

Italie: tensions sur le prix du lait, Lactalis mis en cause

par AFP
09.11.15

Des éleveurs italiens protestaient lundi près de Milan pour la 3è journée consécutive, se disant « étranglés » par la trop faible rémunération perçue pour leur lait et mettant en cause le groupe français Lactalis. Depuis vendredi soir, des éleveurs sont rassemblés devant le centre de distribution, près de Lodi (nord), de la multinationale française Lactalis, propriétaire des marques italiennes Parmalat, Galbani, Invernizzi et Locatelli et numéro un du secteur, a expliqué à l’AFP Georgio Apostoli, un responsable du syndicat agricole Coldiretti. Ils étaient « un millier les premiers jours, davantage aujourd’hui » et ils bloquent le trafic sur le site, a-t-il précisé. Mardi, l’action va s’étendre « en ville, devant les centres commerciaux, en apportant nos vaches pour faire comprendre aux consommateurs que ce qui se passe n’est pas juste« , a-t-il ajouté. Un porte-parole de Lactalis a confirmé à l’AFP la présence des manifestants sur le site depuis trois jours, estimant pour sa part leur nombre lundi à « plus d’une centaine« .

Une rencontre est prévue mardi à Milan entre le ministre de l’agriculture, Maurizio Martina, et les industriels du secteur, a-t-il ajouté. Selon Coldiretti, « on a assisté au cours de l’année écoulée à un vrai massacre d’élevages et l’Italie risque de perdre à jamais sa production de lait, sous-payée aux producteurs en-deçà des coûts de production, à des niveaux qui ne permettent même pas de donner à manger aux animaux et qui poussent à la fermeture, avec des effets irréversibles sur l’emploi, l’économie, l’environnement et la qualité des produits« . « Ce sont les importations de basse qualité, vendues comme +made in Italy+, qui en sortent avantagées en raison de l’absence de système d’étiquetage transparent. La vie ou la mort des élevages italiens est suspendue à quelques centimes par litre de lait produit« , a dénoncé le syndicat. Toujours selon Coldiretti, « 4.000 élevages italiens, soit plus de 10% du total, ont fermé depuis l’acquisition du groupe Parmalat par la multinationale française en 2011. Une situation qui s’est aggravée cette année avec la décision unilatérale de réduire de 20% la rémunération aux éleveurs à 34 centimes le litre« , alors que les coûts de production sont estimés à « entre 38 et 41 centimes par litre » en Lombardie. Lactalis affirme au contraire « payer le lait italien 20% de plus que la moyenne des marchés européens » et avoir « augmenté de plus de 15% l’acquisition de lait italien depuis 3 ans, à plus de 650 millions de litres par an« . Le groupe « soutient la filière nationale en acquérant systématiquement tout le lait offert par les éleveurs avec qui il travaille« , a-t-il insisté dans un communiqué.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

C’est reparti pour une nouvelle édition du Festival du Livre gourmand de Périgueux

08.11.23
Sous la Présidence d'Olivier Roellinger cette année, le Festival du Livre gourmand de Périgueux revient avec une édition thématisée "bien manger à tous les âges”.

En continu Cinéma

Projection-débat avec le réalisateur de “La ferme des Bertrand” au cinéma Le Méliès de Montreuil

25.01.24
Grand succès du Fipadoc, "La ferme des Bertrand" de Gilles Perret en projection-débat avant sa sortie en salle le 31 janvier

En continu

Face à une augmentation sans précédent de la précarité alimentaire, Ministère, banques alimentaires et industriels s’organisent

17.11.23
Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a réuni les grands acteurs de l’aide alimentaire et sept entreprises de l'agroalimentaire pour proposer des solutions à l'augmentation de la précarité alimentaire.