En continu brève

Etats généraux de l’Alimentation : la coordination rurale déjà « déçue »

par AFP
31.08.17

La Coordination rurale a fait part mercredi de sa « déception » après une journée d’ateliers des Etats généraux de l’Alimentation (EGA), regrettant que ne soit pas abordée la question des aides européennes, responsables selon le syndicat des prix déprimés qui affectent les agriculteurs. « Lorsque j’ai soulevé la question de la politique agricole commune (PAC) qui nous oblige à avoir des prix volatiles et qui sont depuis quelques temps en-dessous de nos prix de production, il m’a été répondu – par la voix du coordinateur des EGA Olivier Allain- que la PAC, il fallait faire avec, et que cette question ne pouvait pas être traitée ici », a déclaré à l’AFP François Lucas, président d’honneur de la coordination rurale et participant de l’atelier 5 des EGA spécifiquement consacré à l’amélioration des prix payés aux producteurs.

Les récentes orientations de la PAC vont plutôt vers un recul de la régulation, dont le dernier épisode sera la fin des quotas sur le sucre en octobre après ceux sur le lait en 2015. « A partir de là, c’est une énorme déception, parce que si on ne remet pas ça en cause, on aura beau avoir quelques enjoliveurs supplémentaires, on ne sortira pas de ces prix déprimés et déconnectés de nos coûts de production », a-t-il estimé. La coordination rurale estime que la « conduite ultralibérale » de la politique agricole commune « livre l’agriculture et les agriculteurs aux conditions du marché », une situation qui affecte « négativement » les prix payés aux producteurs. Le deuxième syndicat agricole français préconise la défense de la « préférence communautaire » et de « l’exception agriculturelle » à l’Organisation mondiale du Commerce et la sortie pure et simple de ce secteur d’activité du champ de compétence de cette organisation.

Les états généraux sont à ce jour, pour M. Lucas, « à côté de la plaque » car les agriculteurs imaginaient « qu’enfin, on s’attaquait à leurs problèmes, alors qu’ici, on va reprendre les débats qui ont eu lieu à l’occasion de la loi LME, de la loi Sapin », qui régissent les négociations commerciales entre distributeurs et industriels. Pour lui, on ne s’attaque pas « au problème de fond qui fait aujourd’hui disparaître et qui désespère les agriculteurs ». Pour mettre au point les propositions de ces EGA, une vingtaine de personnalités issues du monde politique, agricole, associatif et industriel président ces ateliers.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Face à une augmentation sans précédent de la précarité alimentaire, Ministère, banques alimentaires et industriels s’organisent

17.11.23
Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a réuni les grands acteurs de l’aide alimentaire et sept entreprises de l'agroalimentaire pour proposer des solutions à l'augmentation de la précarité alimentaire.

En continu

Le beau, le bon et le bien fait récompensés par le Label Fabriqué à Paris

14.11.23
Le jury du Label "Fabriqué à Paris" s'est réuni le 10 novembre 2023 pour récompenser les produits de l'artisanat les plus authentiques. Parmi les 486 candidatures, il a distingué 15 lauréats, répartis en cinq catégories.

En continu Rendez-vous

Rencontres de Gallica : Vigne et vin

27.11.23
Cette séance des « Rencontres de Gallica » propose de montrer la place majeure de la viticulture dans la société française, à travers des sélections de documents dédiés à la vigne et au vin.