En continu Agroalimentaire

« Cartel du jambon »: 93 millions d’euros d’amendes pour 12 entreprises

16.07.20

Douze industriels sont sanctionnés à hauteur de 93 millions d’euros au total pour avoir formé un « cartel » afin de s’entendre sur les prix du jambon et de la charcuterie entre 2010 et 2013, annonce jeudi l’Autorité de la concurrence.

« Les industriels concernés (les +charcutiers-salaisonniers+) se coordonnaient pour acheter moins cher les pièces de jambon auprès des abatteurs et/ou s’entendaient par ailleurs sur les hausses de prix des produits charcutiers qu’ils entendaient pratiquer auprès des enseignes de la grande distribution, pour leurs marques de distributeurs (MDD) ou +premiers prix+ », indique l’Autorité de la concurrence dans un communiqué.

La plus forte sanction (35,5 millions d’euros) vise le leader français de la production porcine, la coopérative Cooperl, qui possède six sites intervenant dans la fabrication de charcuterie. Suivent le groupe de distribution Les Mousquetaires (Intermarché, Netto), qui fabrique également des produits sous ses propres marques comme Monique Ranou (31,7 millions d’euros d’amende), et le groupe Fleury Michon (près de 14,8 millions d’euros d’amende). « Les ententes ont concerné de très nombreux produits de consommation courante (jambon cru, jambon cuit, saucissons, rosette, chorizo…) », souligne l’Autorité de la concurrence. L’Autorité relève: « Les ententes mises en oeuvre par les industriels de la charcuterie concernaient à la fois +l’amont+, c’est-à-dire les relations des industriels avec les abatteurs qui fournissaient la matière première, et +l’aval+, c’est-à-dire les relations avec leurs clients de la grande distribution ».

« En échangeant secrètement sur les positions à adopter avant leurs négociations, les industriels de la charcuterie ont imposé un mode d’organisation se substituant au libre jeu de la concurrence et qui enlevait aux intéressés toute incertitude sur le comportement de leurs concurrents », dénonce l’Autorité. Les pratiques mises au jour ont « notamment été révélées grâce à la procédure de clémence, qui permet aux entreprises ayant participé à une entente d’en dévoiler l’existence à l’Autorité et d’obtenir, sous certaines conditions, le bénéfice d’une exonération totale ou partielle de sanction pécuniaire », précise-t-elle. « En l’espèce, deux groupes, Campofrio et Coop, ont sollicité la clémence et apporté des éléments à l’instruction », est-il indiqué. Ils ont également été sanctionnés, à hauteur respectivement de un million et six millions d’euros.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Prix Coal 2023, une grande édition

07.12.23
Elle s’appelle Fabiana Ex-Souza, elle est née au Brésil et vit et travaille à Paris. Elle a reçu hier soir le prix Coal spécial du jury pour son projet Trouxas de Mandinga où l’artiste crée des objets à partir...

En continu

7ème édition à Albi de #Bon, le festival ludique, festif, gourmand mais aussi pédagogique

29.05.24
C’est dans le Sud-Ouest de la France, à Albi, qu’on retrouvera les 6,7 et 8 juin le Festival #Bon - Ramène tes parents à destination des enfants curieux d’en apprendre plus sur le manger bien et bon.

En continu Cinéma

Projection-débat avec le réalisateur de “La ferme des Bertrand” au cinéma Le Méliès de Montreuil

25.01.24
Grand succès du Fipadoc, "La ferme des Bertrand" de Gilles Perret en projection-débat avant sa sortie en salle le 31 janvier