Culture food Portfolio

Les heures douces de Lottie Hampson

05.01.24

Du crayon noir à la photographie, l’artiste Lottie Hampson porte un regard délicat sur le comestible.

 

Série fusain et crayon sur du papier brun pour gravure, inspirée par les jardins d'été et leurs produits.

On ne saurait lui donner d’âge au premier abord, tant ses clichés semblent intemporels. Pourtant, Lottie Hampson est fort jeune. Entre le Royaume-Uni et Majorque, elle chemine du noir et blanc à la couleur douce. Ses photographies fixant l’instant, comme si le temps se suspendait le temps d’une respiration. Celui du café, de la goutte de pluie sur la feuille, de l’oiseau qui prend son envol, du rayon de soleil sur la peau, de l’artichaut prêt à être goûté, du végétal qui s’éveille. Les images qu’elle prend sont une forme de méditation silencieuse sur son environnement ; la pellicule l’aide à ralentir.

Avec des parents créatifs, une grand-mère professeur d’art, puis un parcours de l’Edinburgh College of Art à la prestigieuse Central St Martins School de Londres, on peut dire que la création a toujours fait partie de sa vie, et c’est peu-être de là qu’elle tient ce geste si sûr, si précis. Si la photographie argentique analogique est le point de départ de sa pratique artistique, Lottie ne s’arrête en effet pas là. Elle touche à tout. Elle développe, crayonne et met en scène, peint, dessine, passe aux décors de théâtre, et se frotte même à la céramique lors d’une résidence d’artiste à La Villa Lena en Toscane. Mais tout se tient et forme un tout.

Bouquet de fleur et vase en céramique
Fleur d'artichaut - Photographie et peinture

Pendant le confinement, son monde se concentre autour d’un motif accessible : la cuisine devient sa pièce favorite et le petit-déjeuner son moment particulier. Elle explore le motif culinaire. Elle cuisine puis dessine gâteaux, miches de pain et éléments simples d’un quotidien à l’horizon géographique concentré autour du goût : cafetières, tasses à café, pommes, passant de la photographie à la peinture et vice-versa, puis du pastel gras au dessin et récit sur photos.

Pendant les mois d’été, je suis attirée par les épiceries locales et leurs produits frais de saison. Artichauts, figues, reines-claudes, haricots borlotti, poires et pêches. Avant de les manger, je ressens souvent le besoin de les documenter.

Lottie Hampson - in Partnership edition

Elle cite volontiers comme source d’inspiration le jardinier anglais Charles Jones qui, au début des années 1900, photographiait méticuleusement les produits qu’il cultivait dans des compositions simples sur des fonds noirs ou blancs. On pense dans une autre mesure à Matisse et à Hamilton.  Ses natures mortes, au pastel ou crayonné, s’inspirent aujourd’hui du végétal, des saisons, des fruits et légumes, mais aussi de la ligne pure des fleurs dans les jardin du Somerset. Lottie Hampson construit lentement un sens du lieu à travers l’observation de la lumière et des paysages, et des fragments des personnes qui y habitent. C’est frais, sans prétention et rempli d’une poésie du quotidien qui laisse rêveur et rêvant.

Processus de peinture sur photographie
Lottie Hampson

Découvrir son travail sur le site de Partnership éditions et de Wondering People.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Culture food La BnF gourmande

Le chocolat à l’affiche

Fondée en 1816 par Jean Antoine Brutus Menier (1795-1853), la Maison Menier devient, au cours du XIXe siècle, un véritable empire. L’une des clefs du succès du chocolatier est la conscience de l’importance de la publicité.

Culture food Québec

La providence…

23.05.24
On croyait notre Dossier Québec clôt, mais c'était sans compter un subreptice road trip de notre collaboratrice Emeline Bartoli à quelques 300 kilomètres à l'est de Montréal, direction l'État américain du Maine, et qui l'amène Chez Loulou...

Culture food

“L’expérience biosphère : 120 jours dans le désert”, le documentaire qui vous fait aimer 2090

13.05.24
Disponible sur Arte jusqu’en 2026, le documentaire de Laurent Sardi nous plonge dans une vision futuriste et optimiste de ce que pourrait être, en 2090, notre quotidien au climat passablement déréglé.