Culture food Documentaire

“Le temps des paysans”, une série-documentaire d’ARTE qui décortique avec brio 2000 ans d’histoire des travailleurs de la terre

04.06.24

Les quatre épisodes, de 55 minutes chacun, retracent le récit paysans “des ruines de l’empire romain à l’agriculture industrielle en passant par l’oppression féodale”. Voilà la promesse de son réalisateur, le documentariste et auteur français Stan Neumann, et on peut dire qu’elle est tenue.

©Arte

Dès le générique d’ouverture, la série annonce la couleur. Elle se propose de donner une voix au récit du peuple paysan, opprimé par les dominants pendant quinze siècles, et traversé par une question centrale : celle de la terre et de son usage. Le documentaire s’intéresse surtout aux paysans européens, de manière assez chronologique avec un premier épisode intitulé  “Âge d’or, âge de fer”. On débute ainsi la série par la période de l’antiquité romaine durant laquelle l’empire reposait essentiellement sur les exploitations agricoles où trimaient les esclaves. Son effondrement a permis l’apparition de paysans, qui travaillent la terre, à distinguer des agriculteurs qui sont associés aux citadins qui possèdent les terres où travaillent les esclaves. Sous une autre forme, cette dichotomie est toujours présente aujourd’hui, les esclaves en moins.
Ce premier épisode se poursuit sur la période du Moyen-Âge, avec la notion de paysans libres et non-libres notamment, jusqu’à l’an 1000 et la
“Tyrannie céréalière”.

L’image du paysan malhonnête et fourbe

Le deuxième épisode, “Désastres et révoltes”, passe en revue les grands mouvements révolutionnaires amorcés par les paysans, mais aussi les moments de crises fortes comme celle de la grande famine et celle de la pandémie de peste noire, qui s’étalera  sur deux siècles en Europe. On y aborde aussi l’image du paysan malhonnête et fourbe, préjugé construit au Moyen-Âge et perpétué durant les siècles suivants. Cette mauvaise image est par ailleurs encore d’actualité si l’on en croit  Morgane Ody, une paysanne française qui témoigne de cette humiliation ressentie à l’école, celle d’être une “fille de paysans”.

©Ando Gilardi

“Vers l’émancipation” raconte comment les paysans se sont défaits des volontés de l’Église et du pouvoir de les maintenir dans l’ignorance. On y aborde également d’autres thématiques comme la sorcellerie, la Tragédie des Communs de Garett Hardin, le mouvement des enclosures en Angleterre, jusqu’à la chute du système féodal. Une révolution qui célèbre l’agriculture et les paysans, qui vivent désormais mieux malgré des inégalités persistantes.

On se bat sans le soutien des politiques publiques, pour résister avec notre mode de pensée et notre manière de travailler.

Le dernier chapitre, “Paysans envers et contre tout”, aborde davantage la communauté paysanne et ce qu’il s’y passe. Morgan Ody raconte que, si la dureté du travail existe, elle est supportable, car les paysans la vivent soudés dans une sorte de convivialité, de “faire ensemble”. Mais attention, tout n’est pas rose dans ce milieu qui peut aussi renfermer une certaine violence, notamment au sein de la cellule familiale. Toujours est-il que le mode de pensée paysan semble être une source de fierté, un modèle qui, d’après les protagonistes de la série, semble être toujours prêt à lutter contre l’agriculture industrielle et ses ambitions de profits illimitées. “On se bat sans le soutien des politiques publiques, pour résister avec notre mode de pensée et notre manière de travailler”, souligne l’un d’entre eux à la fin du dernier épisode.

Remettre en perspective toute une histoire peu connue et au fond assez complexe

La série est bien emballée dans de jolies images et parsemée de dessins qui schématisent les éléments les plus essentiels, avec une bande son qui colle parfaitement à l’univers paysan. Des experts italiens, anglais, français ou encore espagnols témoignent au fil des images pour apporter des éléments de contextes et des anecdotes sur des moments clés de l’histoire paysanne. L’ajout de musiques et chants politiques,  mais aussi d’extraits de pièces de théâtre et de films de l’époque, permet de remettre en perspective toute une histoire peu connue et au fond assez complexe. Alors oui, beaucoup d’informations sont données à la minute, mais le réalisateur a conçu cet ambitieux projet pour être ludique et fluide. À voir !

« Le temps des paysans », une série documentaire en quatre épisodes de Stan Neumann à retrouver sur Arte.tv jusqu’au 22 novembre.

 

 

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Culture food Évènement

L’immense patrimoine gourmand numérisé de la Bibliothèque Nationale de France

21.05.24
Pour les chanceux férus de patrimoine gourmand qui seront à Paris le 28 mai prochain, il est urgent de vous inscrire à cette rencontre Gallica des plus appétissantes.

Culture food La BnF gourmande

Le chocolat à l’affiche

Fondée en 1816 par Jean Antoine Brutus Menier (1795-1853), la Maison Menier devient, au cours du XIXe siècle, un véritable empire. L’une des clefs du succès du chocolatier est la conscience de l’importance de la publicité.

Culture food Québec

La providence…

23.05.24
On croyait notre Dossier Québec clôt, mais c'était sans compter un subreptice road trip de notre collaboratrice Emeline Bartoli à quelques 300 kilomètres à l'est de Montréal, direction l'État américain du Maine, et qui l'amène Chez Loulou...