Pêche durable

Les 20 ans de MSC / épisode 1

Philippe Hardy, le chef qui murmure à l’oreille des pêcheurs

Par -


Marine Stewardship Council (MSC), ça vous dit quelque chose? On va vous aider un peu. Regardez bien ce label, vous devriez déjà l’avoir repéré, si, à l’instar du Chef Philippe Hardy, votre bonheur de consommer du poisson rejoint votre souci de ne pas décimer les mers et les océans.

peche durable label msc
Parce que en chiffres, MSC affiche quand même 313 pêcheries certifiées dans 36 pays qui capturent près de 10 millions de tonnes de produits de la mer, soit environ 12% des captures mondiales, excusez du peu. Et pour fêter leur première jeunesse, soit 20 ans à parcourir les mers, on vous propose tous les lundis pendant un mois de découvrir un militant de la mer, de ceux qui pensent à leurs petits enfants.

 

Épisode 1 : le chef cuisinier Philippe Hardy

Philippe Hardy, chef du Mascaret à Blainville-sur-Mer en Normandie, on l’avait découvert dans La cuisine des marins, le livre de notre chroniqueuse Camille Labro. Elle nous disait que de tous ceux qu’elle avait rencontrés, il était celui qui entretenait les rapports les plus serrés avec les pêcheurs. Le genre de chef à vous tenir une longue conversation sur la période de reproduction de telle ou telle espèce aussi bien qu’un discours argumenté sur les cuissons. L’homme aime la mer ou, plus exactement ne peut s’en passer, partie intégrante de sa vie quotidienne. Et la pêche durable n’est que l’un de ses engagements, indissociable de tout ce qui est bon pour la planète. Ne vous étonnez donc pas de déguster chez lui des plats avec des sauces faites à partir des entrailles de poissons ou des soupes où il utilise les têtes. Parce que si Philippe Hardy ne supporte pas que l’on ruine les océans, il n’aime guère non plus le gaspillage, estimant que l’un ne se comprend guère sans l’autre.

Plus d’informations sur MSC ici