En continu brève

Restaurants McDonald’s : quatre responsables et des prestataires jugés pour corruption

par AFP
09.05.17

Quinze hommes, parmi lesquels des cadres de l’enseigne de restauration rapide McDonald’s et dix de leurs prestataires de services, doivent être jugés à compter de mardi par le tribunal correctionnel de Versailles, soupçonnés d’avoir participé à un vaste système de corruption, en région parisienne notamment.

Les faits débutent en 2006 à l’initiative d’un cadre d’une des filiales de McDonald’s France en région parisienne. Celui-ci a fait toute sa carrière au sein de l’enseigne de restauration rapide. Il est alors « manager d’exploitation » et supervise six restaurants. Le trentenaire voudrait évoluer dans l’entreprise, mais sa direction s’y oppose. Il projette alors de quitter la société pour reprendre avec un ami, directeur de marché chez McDonald’s, une franchise Pizza Hut près de Marseille.

Mais il a pour ce faire besoin de liquidités. Responsable du choix des prestataires pour le nettoyage, les travaux d’entretien, les espaces verts et la sécurité des établissements qu’il supervise, il est soupçonné d’avoir mis en place un système de rétrocommissions qui va perdurer pendant quatre ans. Les prestataires, avec lesquels traitaient le cadre et ses complices présumés – parmi lesquels deux directeurs de restaurants de la chaîne – se seraient ainsi vu obligés de surfacturer leurs services à McDonald’s et de verser ensuite des rétrocommissions à leurs donneurs d’ordre. S’ils refusaient, ils ne remportaient pas le marché ou voyaient leur contrat non reconduit.

Un demi-million d’euros environ, versés en liquide ou payés en nature (écrans plats, travaux effectués gracieusement dans des biens immobiliers appartenant au manager ou à son principal complice présumé), auraient ainsi été rétrocédés, au préjudice de McDonald’s France et de sa filiale McDonald’s Paris Nord. Le pot aux roses n’a été découvert par le directeur France de l’enseigne qu’en 2009. Une information judiciaire a été ouverte contre X l’année suivante. La Direction régionale de la police judiciaire de Versailles a été chargée de l’enquête. Selon Me Leila Djebrouni, avocate du manager d’exploitation, principal mis en cause, ce dernier « s’est glissé dans un fonctionnement qu’il a accepté, il en a tiré des bénéfices, mais il veut maintenant s’en expliquer et pouvoir tourner la page ».

Les quinze prévenus, dont huit ont été placés sous contrôle judiciaire, seront notamment jugés pour corruption active et/ou passive, faux, usage de faux en écriture et recel. La plupart d’entre eux ont un casier judiciaire vierge. Les sociétés McDonald’s France Services et McDonald’s Paris Nord se sont portées parties civiles. Le procès est prévu pour durer jusqu’à vendredi.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Médias et gastronomie au programme de la 19ème édition des Rencontres Rabelais

10.11.23
Intitulée « Médias et gastronomie, comment ça fonctionne ? », la dix-neuvième édition des Rencontres Rabelais se tiendront à Tours les 16 et 17 novembre prochains.

En continu

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

En continu

Prix Coal 2023, une grande édition

07.12.23
Elle s’appelle Fabiana Ex-Souza, elle est née au Brésil et vit et travaille à Paris. Elle a reçu hier soir le prix Coal spécial du jury pour son projet Trouxas de Mandinga où l’artiste crée des objets à partir...