En continu brève

Porcs: les éleveurs français soufflent grâce à la Chine, mais continuent de souffrir

par AFP
10.06.16

Les éleveurs français de porcs qui ont connu une crise aiguë l’été dernier ont trouvé quelque répit depuis le début de l’année grâce à une forte hausse de la demande chinoise, mais continuent de souffrir et s’inquiètent de l’avenir de l’ensemble de la filière. « Le prix du porc est encore trop faiblement payé » en France, a indiqué Paul Auffray, président de la fédération nationale porcine jeudi lors de l’assemblée générale de la FNP à Morteau dans le Doubs. Il est remonté à 1,29-1,30 euro le kilo au marché au cadran de Plérin, la « bourse » de la viande de porc en Bretagne, mais il a passé la plupart de l’hiver aux alentours de 1,10 euro, soit nettement plus bas que la barre des 1,40 euro, niveau demandé par les éleveurs pour simplement couvrir leurs frais.

L’an dernier, les éleveurs de porc, au bout du rouleau, ont mené de nombreuses opérations choc, notamment contre la grande distribution et les intermédiaires industriels, destinées à informer l’opinion publique et réclamer une augmentation du prix d’achat de leur viande. Ils souffrent de l’arrêt du marché d’exportation en Russie en raison de l’embargo commercial imposé par l’UE suite aux différends avec l’Ukraine, mais aussi de la baisse de la consommation en France et en Europe de viande de porc (-5% en France en 2015), et d’un manque de compétitivité de l’abattage ainsi que d’une crise de surproduction dans toute l’Europe.

Au premier trimestre 2016, les exportations de porc de 28 pays européens ont doublé par rapport aux trois premiers mois de 2015, a souligné Estelle Antoine, de l’Institut du porc (Ifil) car la filière chinoise est en pleine restructuration et a choisi depuis janvier d’augmenter ses importations pour garantir la qualité des produits. Au premier trimestre, la France a ainsi exporté 35.000 tonnes de porc en Chine ce qui en a fait la première destination des exportations françaises.

« On peut penser que la bulle chinoise durera au moins jusqu’à fin 2016 mais après on est sûr de rien » a dit Mme Antoine. « La bulle chinoise soulage le marché, mais il ne faut pas rêver, cela ne va sûrement pas durer au delà » a ajouté M. Auffray qui s’inquiète des débouchés à terme et a appelé l’ensemble de la filière à travailler « collectivement » pour sortir de la crise. Il a notamment fortement critiqué les « industriels » qui « prennent les éleveurs pour des c.. » et a lancé un appel notamment aux élus pour que les collectivités locales fassent un effort pour s’approvisionner en France. « La situation financière des éleveurs est toujours très tendue » a-t-il dit. « Il faudrait un prix bien plus élevé et sur une longue période pour qu’ils puissent retrouver un peu d’embellie« .

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Prix Coal 2023, une grande édition

07.12.23
Elle s’appelle Fabiana Ex-Souza, elle est née au Brésil et vit et travaille à Paris. Elle a reçu hier soir le prix Coal spécial du jury pour son projet Trouxas de Mandinga où l’artiste crée des objets à partir...

En continu Rendez-vous

Rencontres de Gallica : Vigne et vin

27.11.23
Cette séance des « Rencontres de Gallica » propose de montrer la place majeure de la viticulture dans la société française, à travers des sélections de documents dédiés à la vigne et au vin.

En continu

Le beau, le bon et le bien fait récompensés par le Label Fabriqué à Paris

14.11.23
Le jury du Label "Fabriqué à Paris" s'est réuni le 10 novembre 2023 pour récompenser les produits de l'artisanat les plus authentiques. Parmi les 486 candidatures, il a distingué 15 lauréats, répartis en cinq catégories.