En continu brève

Les algues dans la tourmente à Lannilis (Finistère)

par AFP
01.10.15

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) suspend une partie des activités du géant américain de l’agroalimentaire Cargill à Lannilis (Finistère), « susceptibles de présenter un danger pour la santé humaine », et ordonne le retrait du marché de produits qui y ont été fabriqués, selon un texte publié jeudi au Journal officiel (JO). « A notre connaissance, il n’y a pas eu, et il n’y a pas aujourd’hui, de risque pour la santé », a cependant assuré à l’AFP un porte-parole de Cargill, qui précise que le site produit majoritairement des alginates destinés à l’industrie agroalimentaire, des produits non concernés par la décision de l’ANSM. Le groupe produit à Lannilis des alginates, extraits d’algues brunes. Les alginates sont utilisés pour leurs propriétés stabilisantes et gélifiantes dans les domaines de la nutrition, de la pharmacie et des activités industrielles. « L’ensemble des activités » du site de Lannilis « portant sur des matières premières destinées à entrer dans la composition de médicaments, de dispositifs médicaux ou de produits cosmétiques sont susceptibles de présenter un danger pour la santé humaine », assure le texte du JO. Ces activités « sont suspendues pour une durée n’excédant pas un an à compter de la publication de la présente décision », indique le document. Celui-ci note des « risques de contaminations et de détériorations » des matières premières fabriquées sur le site, du fait de « l’absence de propreté de l’environnement de fabrication », et de « l’état général particulièrement dégradé des équipements de fabrication » de plusieurs ateliers.

Il ajoute que les opérations de fabrication « ne sont pas maîtrisées, compte tenu des déficiences observées dans le système de gestion de la qualité », en raison notamment de « l’insuffisance des procédures de nettoyage des équipements de fabrication ». L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a procédé à une inspection en juillet sur le site de Lannilis. Certaines des activités qui y ont été menées, jusqu’en décembre 2014, l’ont été sans autorisation de l’ANSM, note le document. Neuf réclamations de patients ont été signalées à Cargill en octobre 2014 pour défaut de qualité d’un médicament relatif à un mauvais goût et à une odeur de poisson, souligne en outre le texte. Il précise que dans un cas une réaction de type cutanée a été notifiée. En cause: un lot de substance active provenant de l’usine de Lannilis. Cargill dispose de trente jours pour procéder au retrait sur le marché des produits visés par cette suspension, spécifie le texte. « Nous nous excusons de la gêne que cette situation a pu engendrer et nous nous engageons à répondre au mieux à toutes les préoccupations » soulevées, a indiqué à l’AFP le porte-parole de Cargill. « Tous nos produits font l’objet d’un contrôle qualité systématique » et « sont en conformité avec les spécifications décidés en commun avec nos clients« , a-t-il assuré cependant. Cargill avait annoncé en 2013 un investissement de plus de 11 millions d’euros en trois ans sur son site de Lannilis pour développer la filière goémonière bretonne. Sept millions ont déjà été investis et six autres millions devaient l’être prochainement. Jeudi soir le groupe a cependant expliqué à l’AFP que ses « engagements en matière d’investissements seront reconsidérés à la lumière des conséquences extrêmement lourdes de cette décision totalement disproportionnée« , laissant entendre qu’il pourrait réduire ses investissements sur le site. Le site de Lannilis emploie une soixantaine de personnes. Le groupe américain est présent depuis 1964 en France, où il emploie près de 2.500 personnes sur 20 sites.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Refugee Food organise un ragoût solidaire pour 200 personnes

01.12.23
Lundi 18 décembre, Refugee Food organise un ragoût solidaire entre 19h30 et 22h30 à Ground Control, dans le 12ème arrondissement de Paris.

En continu

Face à une augmentation sans précédent de la précarité alimentaire, Ministère, banques alimentaires et industriels s’organisent

17.11.23
Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a réuni les grands acteurs de l’aide alimentaire et sept entreprises de l'agroalimentaire pour proposer des solutions à l'augmentation de la précarité alimentaire.

En continu Rendez-vous

Rencontres de Gallica : Vigne et vin

27.11.23
Cette séance des « Rencontres de Gallica » propose de montrer la place majeure de la viticulture dans la société française, à travers des sélections de documents dédiés à la vigne et au vin.