En continu brève

Le Brésil « a beaucoup à perdre » si les USA n’achètent plus son boeuf

par AFP
26.06.17

« Le Brésil a beaucoup à perdre s’il n’arrive pas à annuler cette décision », a affirmé vendredi son ministre de l’Agriculture, Blairo Maggi, au lendemain de la suspension par les Etats-Unis des importations de viande fraîche de boeuf brésilien pour raisons sanitaires. Le ministre, qui a fait ses déclarations au journal Globo, avait indiqué dès jeudi soir qu’il se rendrait très prochainement aux Etats-Unis pour essayer de rouvrir le marché américain aux exportations brésiliennes. Cette décision sera maintenue « jusqu’à ce que le ministère brésilien de l’Agriculture prenne des mesures correctives jugées satisfaisantes par l’USDA », le ministère américain de l’Agriculture, a annoncé ce dernier jeudi, mettant en avant des « problèmes récurrents sur la sécurité sanitaire de produits destinés au marché américain ».

Le Brésil a fait face en mars à une grave crise alimentaire quand la police a révélé que d’importants exportateurs de viande avaient corrompu des inspecteurs des services d’hygiène pour certifier de la viande avariée comme étant propre à la consommation. Plusieurs pays avaient fermé dans la foulée leurs portes au boeuf brésilien, même si des marchés majeurs comme la Chine étaient ensuite revenus sur leurs restrictions.

Les Etats-Unis, premier producteur mondial de boeuf, avaient eux mis en place une procédure de contrôle renforcée. « Sur le court terme, les achats des Etats-Unis (en boeuf brésilien) ne représentent pas une part si importante, mais cela envoie un signal très important en donnant l’image aux autres acheteurs internationaux qu’il y a des problèmes », a expliqué à l’AFP César de Castro Alves, analyste du cabinet de consultants MBAgro.

Au-delà des questions sanitaires, plusieurs acteurs du secteur voient dans la décision des Etats-Unis une mesure protectionniste. « Nous avons un problème sanitaire et aussi une pression des producteurs américains qui ne veulent pas voir de viande brésilienne là-bas. Nous sommes de grands concurrents au niveau mondial et nous leur vendons de la viande », a affirmé le ministre Maggi. La suspension des importations intervient moins d’un an après la levée, le 1er août dernier, des interdictions croisées des deux pays sur les produits carnés.

Les Etats-Unis avaient alors justifié leur décision en assurant que « le système de sécurité alimentaire brésilien sur les produits carnés est équivalent à celui des Etats-Unis ». Le Brésil avait, lui, imposé un embargo fin 2003 sur le boeuf américain, après la découverte d’un premier cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) aux Etats-Unis. Les ventes de viande ont rapporté au total plus de 13 milliards de dollars en 2016 à l’économie du géant sud-américain.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par