En continu brève

Lait : les producteurs et Système U affichent leur union

par AFP
13.06.17

Les producteurs de lait et le patron de la chaîne de supermarchés Système U se sont efforcés d’afficher une union indéfectible, mardi à Paris, dans une opération bien rodée lors de laquelle ils ont demandé une meilleure « répartition de la valeur » du lait. « Serge », « Cher Thierry »: durant une heure et demi, Serge Papin, PDG de Système U, et Thierry Roquefeuil, président de la FNPL (producteurs de lait) ont affiché une entente sans faille, pour mettre la pression sur les autres distributeurs, les coopératives et les pouvoirs publics, à quelques semaines d’Etats généraux de l’alimentation, pour que la loi LME (qui régit les négociations commerciales entre distributeurs et industriels) soit modifiée.

« L’objectif pour nous, aujourd’hui, c’est de comprendre si notre vrai relais que doit être la coopération est capable de ramener du prix au producteur de lait car depuis quasiment deux ans et demi nous sommes dans une crise importante », a déclaré en préambule M. Roquefeuil, qui souhaite que la filière laitière française « fonctionne ». « Ce qu’on vient chercher ici, Serge, c’est de savoir si vraiment Système U aujourd’hui est à nos côtés (…) est-ce que c’est du gagnant gagnant pour tout le monde, sinon la filière laitière va être (mise) à mal ? » , a déclaré M. Roquefeuil à l’entrée d’un magasin au coeur de Paris, escorté par une demi-douzaine de producteurs, devant de nombreux journalistes.

« Système U est aux côtés des producteurs, le fait que je sois là le prouve », a clamé Serge Papin, qui souhaite montrer qu’il joue le jeu. « La loi Sapin 2 permet, au moment des négociations, de garantir un prix minimum », a-t-il rappelé, avant de poursuivre, papier à l’appui, « nous avons donné dans la négociation qui s’est clôturée fin février la capacité d’un paiement de 35 centimes (le litre, contre 31 avec d’autres distributeurs, ndlr) au producteur, ça c’est concret, c’est immédiat ». « Il faut modifier la loi LME », a déclaré M. Papin, dénonçant « la loi du plus fort » et une « négociation dans le rapport de force, avec un transformateur qui se retourne contre le producteur qui devient la variable d’ajustement ».

« Il faut maintenant que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités et changent le dispositif parce qu’autrement, le rapport de force va durer et au nom de la guerre des prix, au nom du pouvoir d’achat, on va sacrifier tout un pan de notre économie dans l’agro, dans l’agri, comme on a sacrifié il y a quelques années l’industrie textile », a averti, solennel, M. Papin, pour qui il faut que « les consommateurs comprennent que la filière, si elle se détruit, c’est eux qui vont payer plus tard ». « La loi aujourd’hui permet que cette bagarre existe », a renchéri M. Roquefeuil, qui a appelé de ses voeux un « clap de fin » des pouvoirs publics. « Pour nous, être payé à 28 centimes ou à 35 centimes le litre, il y a une différence qui nous permettrait de vivre et aussi de transmettre et de moderniser nos exploitations », a témoigné Denis Ramspacher, producteur dans le Bas-Rhin.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu Rendez-vous

Rencontres de Gallica : Vigne et vin

27.11.23
Cette séance des « Rencontres de Gallica » propose de montrer la place majeure de la viticulture dans la société française, à travers des sélections de documents dédiés à la vigne et au vin.

En continu

Face à une augmentation sans précédent de la précarité alimentaire, Ministère, banques alimentaires et industriels s’organisent

17.11.23
Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a réuni les grands acteurs de l’aide alimentaire et sept entreprises de l'agroalimentaire pour proposer des solutions à l'augmentation de la précarité alimentaire.

En continu

Le Festival des Mets et des Mots à Villers-Cotterêt annonce une première édition prometteuse

11.04.24
À 50 minutes de Paris, le Château de Villers-Cotterêts accueillera le weekend du 19, 20 et 21 avril le Festival des Mets et des Mots, une coproduction signée Cité internationale de la langue française et Mission Française du Patrimoine...