En continu brève

Insecticides « tueurs d’abeilles »: des députés PS répliquent à Le Foll

par AFP
16.03.16

Des députés socialistes ont maintenu leur demande d’interdiction des insecticides néonicotinoïdes, nocifs pour les abeilles, avec toutefois quelques assouplissements, en réponse au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll qui s’oppose à leur « interdiction brutale ». Dans un courrier au ministre, dont l’AFP a eu copie mercredi, l’ancienne ministre de l’Ecologie Delphine Batho, le président de la commission du Développement durable Jean-Paul Chanteguet ainsi que Gérard Bapt, spécialiste des questions santé et environnement, suggèrent une solution qui permettra selon eux de « rassembler largement, pour interdire l’usage systématique et préventif des néonicotinoïdes, tout en permettant au cas par cas des exceptions encadrées ». L’Assemblée examine jusqu’en fin de semaine en deuxième lecture le projet de loi sur la biodiversité, dans lequel les députés ont réintroduit en commission l’interdiction des néonicotinoïdes, à compter de 2017. Mais dans une démarche inhabituelle, Stéphane Le Foll a envoyé vendredi aux députés une lettre pour les appeler à ne pas faire de telles « interdictions brutales » au seul niveau français, par souci affiché notamment d’éviter les « distorsions » de concurrence avec les autres agriculteurs européens.

Dans leur courrier daté de mardi, les trois élus socialistes répliquent point par point au ministre et détaillent leur nouvel amendement, qui devrait être examiné dans l’hémicycle en fin de semaine. Ils suggèrent notamment que l’interdiction des néonicotinoïdes s’applique en septembre 2017, « et non pas en janvier, au regard du cycle cultural ». De plus, « une possibilité de dérogation » à l’interdiction serait prévue, « afin que ces substances puissent être utilisées en cas de danger grave pour les cultures lorsqu’il n’existe pas d’alternative ». Ils soulignent que leur proposition « s’inscrit dans le prolongement des premières décisions prises par la France », telle l’interdiction du Cruiser OSR sur le colza en 2012 et la restriction d’usage de trois substances actives de la famille des néonicotinoïdes à l’échelle européenne en 2013. Il existe un « consensus scientifique sur les effets toxiques aigus des néonicotinoïdes » et leur utilisation « n’a baissé que de 3 à 4% en moyenne » en France ces dernières années, rappellent-ils. Sans attendre « une hypothétique décision européenne », ces députés vantent les exemples de l’Italie et de l’Allemagne où les interdictions d’usage sont « plus poussées » qu’en France. « Nous sommes profondément convaincus qu’il existe aujourd’hui une convergence d’intérêt entre agriculteurs et apiculteurs, au regard de la menace que fait planer sur l’ensemble de l’agriculture l’effondrement des populations de pollinisateurs », plaident-ils.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Prix Coal 2023, une grande édition

07.12.23
Elle s’appelle Fabiana Ex-Souza, elle est née au Brésil et vit et travaille à Paris. Elle a reçu hier soir le prix Coal spécial du jury pour son projet Trouxas de Mandinga où l’artiste crée des objets à partir...

En continu

Face à une augmentation sans précédent de la précarité alimentaire, Ministère, banques alimentaires et industriels s’organisent

17.11.23
Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a réuni les grands acteurs de l’aide alimentaire et sept entreprises de l'agroalimentaire pour proposer des solutions à l'augmentation de la précarité alimentaire.

En continu

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts

Mieux Manger au Ciné, l’association qui œuvre pour une meilleure alimentation dans les lieux culturels s’allie à Open Food Facts