En continu brève

Climat : pour la fondation GoodPlanet « la solution est dans l’assiette »

par AFP
24.09.15

Chacun peut agir quotidiennement contre le réchauffement climatique : « La solution est dans l’assiette », selon la fondation GoodPlanet, qui a proposé jeudi « 60 solutions » visant à « concilier plaisir, santé et climat ». « L’avenir du climat ne peut pas se négocier uniquement dans des grand-messes comme la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris à la fin de l’année », a déclaré le directeur général de la fondation, Thierry Touchais, au cours d’une conférence de presse, en présence du fondateur et président de la fondation, le photographe Yann Arthus-Bertrand et du chef multi-étoilé Alain Ducasse.

« Nous avons tous une partie de la solution, il n’y a pas de petit geste inutile », a-t-il souligné. « L’alimentation représente 27% de l’empreinte carbone des ménages français, soit plus que celle des transports (26%) et des logements (24%) », rapelle GoodPlanet. Et, « contrairement à une idée reçue, nous, consommateurs, sommes responsables de 40% du gaspillage alimentaire en France », affirme-t-elle. « Une tomate produite localement mais hors-saison, c’est-à-dire dans une serre chauffée,  génère en moyenne 20 fois plus de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique, qu’une tomate locale produite à la bonne saison », indique encore la fondation.

Et boire 1,5 litre d’eau en bouteille par jour pendant une année équivaut « à rouler 1 500 km en voiture, contre 1,5 km en buvant la même quantité d’eau du robinet ». Pour que chacun puisse contribuer à réduire les gaz à effet de serre générés par son alimentation et ses habitudes de consommation, la fondation suggère une série de « solutions concrètes » et de bon sens: être attentif aux emballages inutiles, préférer l’eau du robinet à l’eau en bouteille, privilégier les produits bio et la pêche durable, consommer moins de viande mais plus de fruits et légumes, faire ses courses en « transports doux » (peu gourmands en énergie), récupérer au lieu d’acheter, composter les déchets, trier les déchets d’emballages…

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par