En continu brève

Bordeaux : des livreurs Deliveroo manifestent contre la précarisation de leur contrat

par AFP
02.08.17

Des coursiers de l’entreprise de livraison de repas à domicile Deliveroo à Bordeaux manifestent pour dénoncer des changements dans leur contrat de travail qui les « précarisent » davantage, a-t-on appris lundi auprès du syndicat CGT des coursiers à vélo de la Gironde.

« Pour ceux qui ont été embauchés avant septembre 2016, il y avait un forfait à 7,50 euros de l’heure, à cela s’ajoutaient des primes de 2 à 4 euros, et cela augmentait avec l’ancienneté », a expliqué à l’AFP Arthur Hay, secrétaire général du syndicat CGT des coursiers à vélo de la Gironde. « Depuis septembre 2016, les nouveaux contrats signés sont uniquement à la tâche : 5 euros par commande, quelle que soit la distance pour aller au restaurant et chez le client et quel que soit le temps d’attente devant le restaurant », a-t-il ajouté.

Or, selon le représentant syndical, depuis jeudi, la « centaine de coursiers » à Bordeaux qui dépendent du premier type de contrat ont été contactés pour signer un « avenant » les alignant sur les contrats les plus récents. « On est obligé d’accepter cet avenant, sinon on est viré ! », a critiqué M. Hay, qui estime que cette situation concerne « probablement un millier de coursiers en France » au total. « La direction de Deliveroo précarise le métier en disant que ce n’est qu’un complément de revenus et pas un emploi en soi. Or ce n’était pas le discours qu’on nous a tenu lorsque nous avons été embauchés. Pour nous attirer, ils nous ont dit au contraire que nous pourrions vivre en gagnant 2.000 euros par mois et que l’ancienneté serait prise en compte », a ajouté le responsable syndical.

Deux rassemblements, réunissant jusqu’à une cinquantaine de coursiers, ont déjà été organisés ces derniers jours devant les bureaux de Deliveroo à Bordeaux. Un troisième était prévu mardi après-midi, alors qu’un rendez-vous pourrait se tenir avec un responsable de la direction. « Nous demandons l’annulation du changement de contrat ou un dédommagement de 50.000 euros pour ceux qui décident de partir, ainsi que le retour des primes et le gel des recrutements », a précisé le représentant syndical.

Les manifestants ont par ailleurs demandé aux restaurateurs partenaires de « couper les tablettes qui envoient les commandes » mardi soir, en solidarité avec les coursiers. Dans un communiqué, l’agence de communication euros/agency, affirme pour la direction de Deliveroo que « 90% de [leur] livreurs partenaires en France ont d’ores et déjà opté pour cette tarification ». « C’est un contrat très compétitif puisqu’en moyenne, les coursiers réalisent entre 3 et 4 courses par heure aux heures de repas et pendant les weekends. 82% de nos livreurs partenaires se disent d’ailleurs satisfaits de leur collaboration avec Deliveroo », assure-t-elle.

« Nous consultons régulièrement nos livreurs partenaires et accordons une très grande importance à leurs retours. Ce qui en ressort, c’est qu’ils souhaitent augmenter leur revenu horaire en travaillant de manière flexible. Le passage à la tarification à la course s’inscrit donc dans cette logique puisqu’elle permettra aux 10% de livreurs encore sous le modèle de la tarification horaire d’obtenir un chiffre d’affaires plus élevé grâce à un revenu à la course », selon le communiqué.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Médias et gastronomie au programme de la 19ème édition des Rencontres Rabelais

10.11.23
Intitulée « Médias et gastronomie, comment ça fonctionne ? », la dix-neuvième édition des Rencontres Rabelais se tiendront à Tours les 16 et 17 novembre prochains.

En continu

Refugee Food organise un ragoût solidaire pour 200 personnes

01.12.23
Lundi 18 décembre, Refugee Food organise un ragoût solidaire entre 19h30 et 22h30 à Ground Control, dans le 12ème arrondissement de Paris.

En continu Cinéma

Projection-débat avec le réalisateur de “La ferme des Bertrand” au cinéma Le Méliès de Montreuil

25.01.24
Grand succès du Fipadoc, "La ferme des Bertrand" de Gilles Perret en projection-débat avant sa sortie en salle le 31 janvier