Culture food Natures mortes

Ludovic Alussi : rien ne se perd, tout se transforme

02.02.16

Photographe de nature morte et plasticien, Ludovic Alussi interroge dans ses différents travaux personnels, les excès du monde. Il parle donc de recyclage et d’écologie tout autant que de gaspillage et de surconsommation.


Major de la promotion 97 à l’Efet, Ludovic devient à la rentrée suivante, assistant au Studio Rouchon. Les rencontres qu’il y fait avec les photographes de « Nature Morte » seront d’ailleurs déterminantes pour la suite de son travail auprès de publicitaires, designers ou artistes. Cette dernière série Les embouteillages plastiques est en quelque sorte d’ailleurs une série de portraits. « Une image de ce plastique qui est à ce point intégré dans notre regard qu’il peut être la nouvelle scène de la nature morte contemporaine. La chair, la vie, les sens répondent à ce réceptacle qui finalement sera responsable de leur destruction. » dit à ce propos le photographe. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme … en plastique.

2 34 56

Artiste programmé dans le cadre du « Grand Banquet » de Manger à l’oeil.  

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Culture food Québec, la Saison des sucres

La Maison de Soma, un modèle de table champêtre et d'agrotourisme

05.04.24
Perdue dans la forêt à près de deux heures de route de Montréal en direction des pistes de ski de Mont-Tremblant, se trouve une maison qui interroge l'idée de ce que sera le restaurant de demain. Évidemment un espace...

Culture food Québec, la Saison des sucres

La Maison de l’ogre

09.04.24
Il existe un endroit à une heure de Montréal où un certain Martin Picard vous offre pendant les trois mois de la Saison des sucres un repas d'un autre siècle où il convoque à la même table Pantagruel et...

Culture food Québec, le temps des sucres

Le mystère Poutine

21.03.24
Nous sommes en 2024 et Poutine se vend encore en t-shirt dans différentes tailles et couleurs, en Russie sûrement pendant la récente campagne électorale, mais aussi au Québec. Question de genre évidemment, puisqu'il s'agit ici de LA Poutine, emblème...