Culture food Colorisme

Brendan O’Connell et la société de consommation américaine

02.03.16

Brendan O’Connell est américain. Il ne se destinait pas à la peinture, on pourrait même dire qu’elle s’est imposée à lui. Pendant plus de sept ans, il s’est attaché à peindre le supermarché Walmart, un lieu où toutes les classes de populations peuvent se rencontrer.

Après des études en Philosophie et Littérature espagnole, Brendan O’Connell vient en France pour enseigner et écrire une nouvelle sur les peintres. Il a 22 ans. C’est à ce moment là qu’il prend un pinceau et des crayons et découvre son aptitude à peindre. Six mois plus tard, il quitte son job pour devenir artiste. Par nature, O’Connell se dit « coloriste ». Son travail mélange allègrement les genres, du figuratif à l’abstrait, de l’impressionnisme à la peinture photographique, avec un brin de pop … Il y a un je ne sais quoi du peintre américain iconique Edward Hopper dans son travail dont il ne se cache pas d’ailleurs, le présentant comme une de ses références avec Marsden Hartley, mais Warhol n’est pas loin non plus dans ces oeuvres pop-cultures.

Cette série est une minuscule partie de son colossal travail sur Walmart. Quant il part en Europe en 91, Walmart est déjà une grande entreprise, mais quand il rentre aux Etats-Unis en 1997, il s’aperçoit que la chaîne est présente absolument partout. C’est ainsi que débute l’odyssée Walmart. Passant ses journées dans les rayons, il documente la multinationale sous toutes ses coutures pour des raisons esthétiques tout autant que sociologiques. D’abord en faisant des photos puis en peignant directement sur place. Consommateurs, postures, rayons, rencontres et produits y sont traités avec récurrence et par touches au travers de leurs formes et de leurs couleurs. Rendre poétique le quotidien, c’est là tout son art. Parce que que 90% des personnes qui viennent là ne sont jamais rentrées dans un musée et parce que c’est certainement « l’architecture intérieure la plus visitée sur la planète et probablement la plus démocratique » précise t-il à Alec Baldwin dans une interview.

Brendan O-Connell-7Brendan O-Connell-11 Back Camera Brendan O-Connell-4Back Camera
Brendan O-Connell-9

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Culture food Québec, la Saison des sucres

La Commanderie de l’Érable

20.03.24
À une petite cinquantaine de kilomètres de Montréal, au cœur du Parc Régional Bois de Belle-Rivière, on trouve quelques passionnés d'un arbre réellement unique, d'où sort une eau toute aussi magique. Par la perpétuation d'un savoir-faire ancestral d'une précision...

Culture food Restauration

Excursion dans quatre food courts parisiens au goût du jour

Voici quelques années, le mot même de food court, que l'on a pris l'habitude de ne pas traduire, était  absent de l'univers de la restauration. Concept plutôt anglo-saxon, le voilà rendu ultra tendance avec l'ouverture récente de plusieurs pôles...

Culture food Québec, la Saison des sucres

La Maison de l’ogre

09.04.24
Il existe un endroit à une heure de Montréal où un certain Martin Picard vous offre pendant les trois mois de la Saison des sucres un repas d'un autre siècle où il convoque à la même table Pantagruel et...