Culture food À lire (ou pas)

Le retour de Mimi, Fifi & Glouglou

02.11.15

Tadaaaa ! Mimi, Fifi & Glouglou reviennent pour de nouvelles aventures! Après quelques timides tentatives de détox, les trois compères ont décidé de s’adonner de plus belle à leur occupation favorite : la dégustation à l’aveugle, accompagnée de commentaires savants. En 96 pages, le peintre et graphiste Michel Tolmer évoque avec finesse les pièges qui attendent ces « dégustateurs de combats » à parler du vin : snobisme, ignorance, dogmatisme, mauvaise foi et ridicule, cela va de soi. Et quand ils se sentent dépassés, nos trois joyeux lurons se réfugient dans le rêve. Rêves de gloire, déambulations angoissantes au milieu de bouteilles géantes, rêves qu’un jour, enfin, ils sauront glisser négligemment en reposant leur verre, la phrase qui va bien : « Crozes-Hermitage blanc 2007, 70 % marsanne, 30 % roussane sur sous-sol argilo-calcaire…  » L’album dresse un portrait juste, tendre et décalé, sans jamais céder à la caricature, de l’univers du vin comme de la cuisine. Bref, il est à déguster sans limite aux éditions de l’épure. En voici quelques planches en avant-goût.

couvfinal.inddMimi, Fifi & Glouglou. Dégustateurs de combat, Michel Tolmer, Volume 2. 96 p. 22 €. Octobre 2015.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Culture food Restauration À table

Excursion dans quatre food courts parisiens au goût du jour

Voici quelques années, le mot même de food court, que l'on a pris l'habitude de ne pas traduire, était  absent de l'univers de la restauration. Concept plutôt anglo-saxon, le voilà rendu ultra tendance avec l'ouverture récente de plusieurs pôles...

Culture food Québec

La providence…

23.05.24
On croyait notre Dossier Québec clôt, mais c'était sans compter un subreptice road trip de notre collaboratrice Emeline Bartoli à quelques 300 kilomètres à l'est de Montréal, direction l'État américain du Maine, et qui l'amène Chez Loulou...

Culture food La BnF gourmande

Le chocolat à l’affiche

Fondée en 1816 par Jean Antoine Brutus Menier (1795-1853), la Maison Menier devient, au cours du XIXe siècle, un véritable empire. L’une des clefs du succès du chocolatier est la conscience de l’importance de la publicité.