Chronique Initiatives +

Demain, un film citoyen

30.12.15

Du financement de leur film Demain, en partie participatif (440.000€ ont été récoltés via le site Kisskissbankbank), aux initiatives qu’ils valorisent, Mélanie Laurent et Cyril Dion ont compris qu’on était bel et bien entré dans une nouvelle ère. Et que le temps n’était plus à l’accumulation de scénarios catastrophes, mais plutôt à la recherche de solutions proposant des alternatives viables pour un monde meilleur qui respecte la nature et les humains.

demain6

Tout part d’une étude parue dans Nature qui prévoit, durant le siècle à venir, l’effondrement de nos écosystèmes – et la fin de notre civilisation – si nous poursuivons nos modes de vies actuels. Cyril Dion en parle à Mélanie Laurent qui, alors enceinte, se demande quel monde allons-nous laisser à nos enfants. Les voici donc partis pour un tour du monde des initiatives positives.

Le raisonnement qui traverse le film est simple et suit une logique implacable. Le réchauffement climatique nous oblige à modifier notre façon de produire des aliments, ce qui nous oblige à repenser l’énergie nécessaire pour les produire, ce qui amène à la question de l’économie, dont découlent naturellement les questions de démocratie puis d’éducation. Un film donc en cinq chapitres, qui boucle la boucle, à l’image de l’économie circulaire qu’il met en avant. Le tout scandé par la présentation de projets exemplaires découverts lors de leur tour du monde.

demain4

C’est par l’agriculture que le film commence. A Detroit, la ville est passée brusquement de 2.000.000 d’habitants à 700.000, l’agriculture urbaine fait sens. On y découvre Malik Yakini, passionné d’agriculture biologique et responsable de D-Town Farm, une exploitation bio de 2,8 hectares, mais aussi fondateur du Detroit Black Community Food Security Network, et membre du Detroit Food Policy Council. A Manchester, c’est May et Pam qui racontent leur histoire. Elles ont lancé le mouvement citoyen Incredible edible (Incroyables comestibles en France) maintenant présent dans une trentaine de pays avec l’idée toute simple d’agir juste à côté de chez elles en partageant ce qu’elles font pousser.

En France, direction la ferme du Bec Helouin où le couple de paysans Charles et Perrine Hervé-Gruyer pratiquent la permaculture. Partant du principe que c’est avant tout l’écosystème global qui compte, le couple mélange les plantations pour une agriculture qui « nourrit les hommes tout en guérissant la terre ». Et les études développées au Bec Helouin sont étonnantes, puisqu’en terme de productivité les chiffres démontrent que pour 1000 m2, ils dégagent un chiffre d’affaire de 57.000€ (voir rapport d’études).

demain7

demain3

Monnaies alternatives, villes autosuffisantes en énergie, école pour former les citoyens de demain, etc … La preuve par l’exemple est appliquée aux cinq thèmes, prouvant qu’un peu partout, des individus pensent le monde différemment et expérimentent un autre mode de vie. Certes, le film n’est pas parfait, mais à vrai dire qu’importe. S’y expriment Rob Hopkins, Olivier De Schutter, Jéremy Rifkin, Pierre Rabhi ou Vandana Shiva, qu’ont a pu déjà entendre sur le sujet. Et parfois, les exemples choisis concernent de tous petits pays très riches (Danemark, Iceland) et il devient difficile de se projeter à l’échelle française, allemande ou espagnole. On pense aussi immédiatement aux documentaires de la journaliste Marie-Monique Robin, Sacrée croissance ou Les Moissons du futur qui eux aussi abordaient les problèmes par les solutions.

Mais le ton de Demain est plus léger, plus citoyen pour le dire vite. C’est un film fait par des professionnels du cinéma (le montage, la bande-son et la direction de la photographie sont formidables), mais des citoyens avant tout. Sa grande force c’est que l’on s’y retrouve tous à un moment donné, et qu’il donne espoir et énergie.

demain1

La question maintenant est donc : que se passera t’il après Demain ? Les protagonistes du film incitent les spectateurs à les retrouver sur le site internet #Demainlefilm où ils proposent une rubrique «des solutions pour soi, pour tous» : des actions individuelles, collectives ou politiques à mener. A l’image d’Emma qui se dit que l’échelle du quartier est une bonne échelle pour agir « A oui, reverdir les rues de Marseille, ce serait formidable. Ce serait une belle initiative citoyenne, mais aussi une autre façon de faire de la politique.» Un mois après sa sortie plus de 200.000 spectateurs sont allés voir le film. Peut-être donnera t’il des idées, et c’est ce qu’on pourrait nous souhaiter de mieux.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Chronique Édito Edito

Lettre d’info n°3 – Culture culinaire

13.11.23
Au menu de cette lettre d'info, la culture culinaire déployée sous de multiples formes. D'abord, un film : Dodin Bouffant, choisi pour représenter la France aux Oscars et librement inspiré du roman de Marcel Rouff.

Chronique Édito

Lettre d’info n°4 – Nouvelles rubriques, nouveaux partenariats, nouvelles plumes

27.11.23
Voilà près de 10 ans que nous partageons avec vous nos articles, gratuitement. Aujourd'hui, pour la première fois, certains sont accessibles sur abonnement. De nouvelles rubriques, de nouveaux partenariats et de nouvelles plumes que vous retrouverez une fois par...

Chronique Édito

Lettre d’info N°5 – La cuisine, ça rassemble

15.12.23
Cette semaine, on vous amène pour une sorte de tour du monde. De la France à Corée du Sud, la cuisine, ça rassemble !