Chronique Cerise sur le gâteau #43

Kamal Mouzawak cuisine pour la paix

01.12.19

Et bien aujourd’hui, je vous emmène au beau milieu du chaos Libanais de ses dernières semaines à la rencontre d’un personnage incontournable, un activiste forcené de la préservation des produits du Moyen-Orient, de leurs producteurs et de ceux qui les cuisinent ou plutôt, si l’on doit privilégier un genre à la cuisine de là-bas, de celles qui les subliment. Kamal Mouzawak.

Photo Lebanon Untravelled
« Faites à manger et non la guerre. »

Kamal Mouzawak

Kamal Mouzawak a démarré sa petite entreprise voici une quinzaine d’années à Beyrouth en constatant que les souks qui regorgeaient de trésors patrimoniaux étaient inexorablement entrain de se transformer en centres commerciaux de la pire espèce, ceux qui ne véhiculent aucun autre culte que celui des marques, et s’agissant de l’alimentation, sont les promoteurs de la malbouffe.

Kamal, scrupuleux géographe de la cuisine de son pays, de la plaine de la Bekaa aux régions montagneuses de Baalbek, créé donc son propre souk, modeste, en banlieue de la capitale avec une dizaine d’échoppes où l’on peut acheter et surtout goûter cette sublime cuisine de rue faite à partir des meilleurs produits et singulièrement par des femmes.

Aujourd’hui, le Souk El Tayeb est au centre-ville de Beyrouth et chaque mercredi et samedi, ce sont 80 producteurs qui déboulent de tout le Liban, mais pas que. Car si Kamal n’est peut-être pas à la Une des journaux libanais, il est pourtant un artisan infatigable de la paix et un militant qui souhaite donner aux femmes un autre statut que celui d’épouse et de mère.

Ainsi, au chapitre de la cuisine comme vecteur de paix, on trouve aussi au Souk El Tayeb des stands tenus par des femmes venues tout droit d’un camp de réfugiés proche de l’aéroport qui compte, dit-on, 50 000 résidents. Le camp a développé son jardin potager et ses propres cuisines et Kamal y a trouvé des cuisinières palestiniennes et syriennes hors pair qui échangent recettes et savoir-faire, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes.

Alors, la cuisine a-t-elle donc un sexe au Liban ? Si l’on en croit Kamal, ici comme ailleurs, ce sont bien les femmes qui font et transmettent, mais il est urgent, plus ici qu’ailleurs que ce patrimoine ne se perde pas dans les méandres politiques d’un pays qui a d’autres urgences, notamment économiques, où les as de l’agroalimentaire sont prêts à prendre le pouvoir dans les assiettes. Et le coup de génie de Kamal est d’avoir compris très vite qu’il fallait allier mise en valeur de ce patrimoine et modèle économique viable avec un réseau de clients en essor permanent.

Le voilà donc à se dire que toutes ces femmes devaient aussi faire de leur talent un emploi et cinq ans après l’ouverture du souk, il ouvre à Beyrouth son premier restaurant qui comprend désormais des antennes dans cinq autres villes. Le concept ? Chaque semaine une femme prend le pouvoir sur la cuisine. Elle décide de tout et devient chef de la semaine avec sa culture, ses produits, ses recettes. Il a ajouté là-dessus une entreprise de traiteur pour optimiser les coûts et créer d’autres emplois pour d’autres femmes.

Alors, autant vous dire qu’il est très difficile de choisir entre les war’a inab atee des feuilles de vigne farcies ou le mjadrat el loubieh, un ragoût de lentilles rouges, de boulgour et d’oignons frits concoctés par Georgina Al Bayeh une ancienne du Souk El Tayeb ou les incroyables pains et pâtisseries de Mona El Dor. Un point noir ? Oui, il faut faire la queue, le succès est immense.

 

Les Bonnes Choses du 01/12/2019 – La cuisine a-t-elle un « sexe » ?

Nous allons essayer de comprendre pourquoi les stéréotypes de genre ont la peau aussi dure en cuisine. Pourquoi l’homme aux fourneaux des grands restaurants et la femme à la préparation du repas quotidien sont souvent encore des réalités et pas seulement des caricatures.

Nous allons essayer de comprendre pourquoi les stéréotypes de genre ont la peau aussi dure en cuisine. Pourquoi l’homme aux fourneaux des grands restaurants et la femme à la préparation du repas quotidien sont souvent encore des réalités et pas seulement des caricatures. Et puis, comment des femmes, épaulées par quelques hommes, cherchent aujourd’hui à changer la donne ? Comment faire pour qu’à côté du cuisinier et de la ménagère, il y ait plus de cuisinière et de ménager : “Cuisine et genre”: c’est le sujet de notre plat du jour. Les stéréotypes ont-ils encore la vie dure en cuisine ou bien est-ce que cela a évolué ? Est-ce que le monde de la gastronomie et de la cuisine est un monde sexiste, voire un monde machiste ?

Avec :

Kilien Stengel, professeur à l’Université de Tours au sein de l’Institut d’histoire et des cultures de l’alimentation, directeur de l’ouvrage collectif : La cuisine a-t-elle un « sexe » ?Femmes – Hommes, mode d’emploi du genre en cuisine aux éditions L’Harmattan, 2018.

Estérelle Payany, journaliste culinaire et co-autrice avec Vérane Frédiani de Cheffes, 500 femmes qui font la différence dans les cuisines de France” aux éditions Nourriturfu.

Chroniques :

La madeleine de … Robert Guédiguian : « C’est étrange, à chaque fois que je mange une choucroute, je pense à l’Estaque ».

Et La Cerise sur le gâteau de Pierre Hivernat sur Kamal Mouzawak

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Chronique

La fête des anniversaires

22.05.24
Samedi 25 mai, Alimentation Générale fêtera ses 10 ans, Le Parti Poétique ses 20 ans et COAL ses 15 ans. Une belle occasion pour se retrouver à la ferme de Zone Sensible à Saint-Denis et célébrer avec vous les...

Chronique IDÉES

Les 10 cadeaux de Noël de la rédaction

16.12.23
C'est chaque année la même chose : trouver que mettre au pied du sapin. Mais si on écarte la mandarine et la paire de chaussette - ce qui n'est déjà pas mal, en ces temps de restrictions budgétaires -...

Chronique Les vraies-fausses légendes

La bûche de Noël

22.12.23
Il fallut en prendre des bûches et des marrons avant que la bûche ne s'amollisse en génoise. Vous connaissez la vraie histoire de la bûche de Noël ?