Ville campagne L'anniversaire

Les « Fermes d’avenir » fêtent dix ans de labourage

05.10.23
Layat, "Ferme d'avenir" à Trézelles dans l'Allier

C’était en juillet 2015 et nous  écrivions ici : « depuis le 1er juillet, on connaît les 13 fermes d’avenir sélectionnées pour représenter l’agriculture de demain. La (r)évolution des champs s’annonce innovante, écologique, audacieuse, humaniste. »  370 fermes plus tard, qu’en est-il ?

La conversation d’octobre 2016 ci-dessous paraît d’un autre temps. Déjà un temps politique bien lointain où Nicolas Hulot était encore une star médiatique futur Ministre de la Transition écologique et solidaire (mai 2017) et un temps où Maxime de Rostolan, fondateur de Fermes d’avenir, lui donnait les grandes lignes de son futur job, feuille de route agricole comprise. Objectif affiché : faire de Fermes d’avenir le fer de lance de la politique agricole de la France.

Maxime l’expliquait au début de cet entretien : « ...on préconise 226 000 emplois directs et indirects dans le maraîchage bio, on créée 25.000 fermes et ça fait 33% de la population française en bio…« .

Maxime de Rostolan comme son ami futur Ministre avaient légèrement sous-estimé les pouvoirs du puissant, très puissant Ministère de l’Agriculture soutenu par un puissant, très puissant syndicat (FNSEA) dont les Fermes d’avenir représenteraient tout juste le gadget à la mode de l’été 17.

Dix ans plus tard, Fermes d’avenir affiche 370 fermes dont l’immense ferme de l’Envol développée sur une ancienne base aérienne aux portes de Paris. S’agissant des 226.000 emplois, on sait qu’aujourd’hui en  France, lorsque dix agriculteurs partent en retraite, sept seulement s’installent, quant à la FNSEA, dont Nicolas Hulot affirme dans notre vidéo qu’il ne serre pas la main à son Président, elle s’interroge dans un communiqué du 29 septembre dernier « sur l’absence totale de mesures fiscales en faveur de la transmission et de l’installation, pourtant nécessaires et urgentes pour engager le renouvellement des générations. La fiscalité reste un outil efficace pour orienter les transmissions vers les jeunes générations, comme les conclusions de la concertation engagée par le ministre de l’Agriculture l’ont reconnu. »

On vous passe évidemment l’objectif des 33% de la population française en bio et les changements d’orientation de la politique agricole commune (PAC) également évoqués dans ce document. Dire qu’en dix ans les Fermes d’avenir auraient flanqué la révolution serait en conséquence un poil exagéré et peu étayé par la réalité de 2023.

L’avènement d’un citoyen cultivé sur les enjeux de l’alimentation

Alors, rien n’aurait changé et ce serait même pire compte tenu des dix écoulées en plus ? Le croire équivaudrait à jeter le bébé de l’excès d’ambition porté par un excès d’enthousiasme avec l’eau sale des lobbys. Parce que les Fermes d’avenir ont bien changé des choses, et pas des moindres, puisqu’elles relèvent de la culture citoyenne de l’agriculture et de l’alimentation. En politique on pourrait parler d’un Mouvement plus que d’un Parti.

Ainsi, si l’agroécologie est aujourd’hui un terme qui n’est plus réservé aux professionnels, si l’attention des consommateurs a redoublé de vigilance, si le bio a progressé malgré tout, si 90 000 citoyens ont financé des Fermes d’avenir sur la plateforme Blue Bees, si 1 000 personnes ont été formées et si des gens, surtout jeunes ont été rendus heureux de produire de l’alimentation, Fermes d’avenir y a joué un rôle essentiel. Toutes ces actions, fussent-elles difficiles à mettre en oeuvre dans un environnement peu ouvert aux remises en cause, creuse un sillon plus profond que les chiffres ne peuvent le laisser penser.

En dix ans, les devoirs citoyens que les Fermes d’avenir se sont imposés ont imprimé une marque innovante, écologique, audacieuse et humaniste. C’était bien l’objectif assigné en 2013 et on ne peut que louer leur action et leur souhaiter pour les années à venir la vitesse de développement qu’ils méritent.

Pour ceux qui veulent faire partie de l’aventure des prochaines années, c’est ici !

Et pour ceux qui voudraient en savoir plus, découvrez les belles histoires de Fermes d’avenir et le podcast « Les Clefs de l’Agroécologie”.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Ville campagne À la ferme

La ferme de Poulprenn : un exemple d’élevage holistique

10.03.21
Les français.es raffolent des produits laitiers. Ils sont près de 80% à en consommer tous les jours. Nous serions même les champions mondiaux de la consommation du beurre et du fromage, pas si étonnant, ces produits ayant un certain...

Ville campagne

La Ferme des croquants, enthousiasmant !

12.03.24
Voilà six jeunes passionnés qui ont posé leurs bagages sur une ancienne exploitation en Ariège où ils produisent des fruits, des légumes, des œufs et des céréales, qu’ils ont apprit à transformer en pain, en bière, en conserve, et...

Ville campagne Un oeil sur le monde

A Dubaï, une « révolution agricole » au milieu du désert

18.08.20
Al-Badia, ferme ultramoderne érigée au milieu du désert, témoigne de la volonté de Dubaï de mener sa propre "révolution agricole" pour se défaire, un tant soit peu, de sa trop forte dépendance alimentaire.