En continu brève

Des députés veulent surtaxer les sodas pour supprimer d’autres taxes alimentaires

22.06.16

La mission d’information parlementaire sur la fiscalité des produits agroalimentaires a préconisé d’augmenter la taxe sur les boissons sucrées pour financer la suppression de nombreuses petites taxes, sur les farines ou les huiles par exemple, dans un rapport présenté mercredi. La fiscalité des produits agroalimentaires, qui rapporte chaque année 4,7 milliards de recettes publiques est « vieillissante » et « complexe », selon les députés qui proposent des « mesures de simplification cohérentes ».

La mission suggère de supprimer huit taxes à « faible rendement », sur les 21 existantes, qui sont parfois « complexes et lourdes à gérer ». Ils ne souhaitent par contre pas toucher aux taxes ayant des « finalités sanitaires », notamment sur l’alcool. Le rapport, qui doit être présenté ce mercredi par les députés Véronique Louwagie (Les Républicains) et Razzy Hammadi (PS) critique des distorsions injustifiées que certaines taxes (farines, huiles, céréales, ou produits de la mer) font peser sur les filières agricoles françaises.

L’Association nationale de la meunerie française (ANMF) a dénoncé la semaine dernière cette « taxe farine » contournée par les industriels de la biscuiterie, qui se fournissent en partie à l’étranger sans déclarer leurs importations, afin de ne pas avoir à payer cette contribution appliquée normalement à toute la farine commercialisée en France. En supprimant les taxes sur les boissons contenant une dose minimale de caféine, censées toucher les boissons énergisantes, ils souhaitent aussi supprimer une contrainte qui « pèse inutilement sur des produits autres que ceux qu’elle devait initialement viser ».

Par ailleurs, ils proposent de baisser le taux de TVA de la margarine et des produits chocolatés de 20% à 5,5% par souci de cohérence, les ventes de beurre étant par exemple taxées à 5,5%. Cependant, les changements doivent se faire à budgets constants pour l’Etat, aussi, le rapport propose d’augmenter le tarif de la taxe sur les boissons contenant des sucres ajoutés, surnommée la « taxe sodas », à 4,6 centimes sur une canette de 33cl, « afin de favoriser, pour des raisons de santé publique, une baisse de la consommation de ces boissons. Cette taxe sur les boissons sucrées avait été instaurée en 2012, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Selon les parlementaires, « les recettes dégagées par cette hausse viendraient ainsi compenser les diverses mesures de baisse de fiscalité proposées par la mission », soit 590 millions d’euros.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

En continu

Face à une augmentation sans précédent de la précarité alimentaire, Ministère, banques alimentaires et industriels s’organisent

17.11.23
Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a réuni les grands acteurs de l’aide alimentaire et sept entreprises de l'agroalimentaire pour proposer des solutions à l'augmentation de la précarité alimentaire.

En continu Cinéma

Projection-débat avec le réalisateur de “La ferme des Bertrand” au cinéma Le Méliès de Montreuil

25.01.24
Grand succès du Fipadoc, "La ferme des Bertrand" de Gilles Perret en projection-débat avant sa sortie en salle le 31 janvier

En continu

Prix Coal 2023, une grande édition

07.12.23
Elle s’appelle Fabiana Ex-Souza, elle est née au Brésil et vit et travaille à Paris. Elle a reçu hier soir le prix Coal spécial du jury pour son projet Trouxas de Mandinga où l’artiste crée des objets à partir...