Culture food Théâtre

Frère(s), une pièce intense sur l’amitié passée à la moulinette du rythme infernal des cuisines d’un restaurant

03.11.23

Après avoir conquis le Festival Off d’Avignon cet été, Frère(s) poursuit sa tournée. Pensée et mise en scène par Clément Marchand, la pièce a plus d’un tour dans son sac et réunit amateurs de la scène, danseurs aguerris, gastronomes en devenir à moins que ce ne soit aucun des trois…

 

Jean-Baptiste Guinchard & Guillaume Tagnati / © Compagnie du chemin ordinaire

Le 20 octobre dernier, le festival de journalisme culinaire Boire, Manger, Dire invitait, dans le cadre de sa soirée d’ouverture, la pièce de théâtre Frère(s) à la gare Saint-Sauveur de Lille. Une bonne heure de mise en bouche qui nous transporte au cœur du parcours de deux jeunes apprentis cuisiniers. Entre rires et larmes, la pièce dénonce la dureté d’un milieu masculin et viriliste dans lequel bomber le torse pour se faire un nom n’est pas une option. 

Émile (Jean-Baptiste Guinchard) et Maxime (Guillaume Tagnati) se rencontrent en Bac professionnel Cuisine. Ils ont à peine 15 ans et apprennent à dire “Chef, oui Chef” sans broncher. Frère(s) est le récit de l’amitié naissante entre deux ados aux vies radicalement opposées mais que tout rassemble.

Comment s’intégrer aux milieux impitoyables de la cuisine gastronomique et de la restauration ? Comment trouver sa place sans y laisser sa peau ? Les comédiens retranscrivent avec brio les sensations de détresse et d’épuisement suscitées par un métier qui consume celui qui l’exerce, dans un quotidien parfois malsain et étouffant. Émile et Maxime échangent des dialogues engagés, mais accessibles à tous, que l’on soit averti ou non des problématiques de la profession.  L’atmosphère du spectacle est intimiste et sombre, néons bleus et rouges sur un mur quadrillé qui se déboite et s’emboite pour construire d’ingénieux mobiliers.

Jean-Baptiste Guinchard & Guillaume Tagnati / © Compagnie du chemin ordinaire

À la manière d’une danse nonchalante et aérienne, les deux comédiens se meuvent dans l’espace en imitant joueurs de foot, cuisiniers et en parodiant des bagarres. Ils courent, découpent leurs légumes dans l’air et dansent en chantant dans une judicieuse chorégraphie de Delphine Jungman. 

Les sons prennent également une place fondamentale dans le spectacle. Clément Marchand a fait le choix d’une pièce avec seulement deux comédiens sans pour autant se limiter dans le nombre de personnages. Ainsi, ces derniers incarnent d’autres figures en jouant avec l’espace scénique : un micro dans un coin permet de mettre en lumière un professeur qui zozote ou encore le parrain d’Émile et son accent du sud. Les imitations des comédiens sont magiques, glaçantes, hilarantes et toutes très réussies.

Frère(s) est une pièce de théâtre intense, rythmée et dynamique. À la fin du repas, on en redemanderait presque encore. Le récit est palpitant et nous entraîne graduellement dans l’évolution des personnages, dans leur construction personnelle et professionnelle. Au dernier acte, on est attendri par la progression de ces deux gamins devenus adultes. Rideaux et interminables applaudissements, les deux frères quittent la scène et nous laissent bouche bée. 

Frère(s), pièce de théâtre de Clément Marchand, avec Jean-Baptiste Guinchard et Guillaume Tagnati, chorégraphiée par Delphine Jungman (1h15), en tournée (liste non-exhaustive) le :

  • 7 novembre à Boulogne-Billancourt (92)
  • 9 novembre à Genas (69)
  • 10 novembre au Vésinet (78)
  • 13 novembre à Paris (75)
  • 16 novembre à Décines-Charpieu (69)

 

 

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Culture food Québec

Montréal, capitale gastronomique ?

04.03.24
C'est la dernière ligne droite pour la 25ème édition du festival "Montréal en lumière" où la gastronomie a pris une place prépondérante.

Culture food La BNF gourmande

Le viognier et le vin blanc de Condrieu

15.03.24
Quand, en 1901, dans le tome II de leur Ampélographie, Pierre Viala et Victor Vermorel décrivent le viognier, ce cépage vient de subir les ravages du phylloxéra.

Culture food Québec, la Saison des sucres

La Commanderie de l’Érable

20.03.24
À une petite cinquantaine de kilomètres de Montréal, au cœur du Parc Régional Bois de Belle-Rivière, on trouve quelques passionnés d'un arbre réellement unique, d'où sort une eau toute aussi magique. Par la perpétuation d'un savoir-faire ancestral d'une précision...