Culture food Arts ménagers

A Chamarande, le festin paléo-futuriste de Martine Camillieri

01.04.15

Chamarande invite le public à participer, cette année encore, à son grand chantier comestible. Il débute le 12 avril pour une première saison printanière avec le projet paléo-futuriste de la plasticienne Martine Camillieri, le Festin retrouvé.

Les ambigüs en forêt
En 2014, l’exposition Vivre(s) avait posé les premières fondations du projet comestible du Domaine de Chamarande. En 2015, Astrid Verspiren, paysagiste, invitée en résidence, ancre physiquement le sujet et réalise avec la complicité du pôle jardin, une parcelle potagère permanente La Forêt Jardin, un projet d’agroforesterie et de permaculture. Un sujet que Lina Tornare met en perspective avec le projet Les ambigüs en forêt.

anes
Installation le Festin retrouvé de Martine Camillieri

Mais un ambigü, c’est quoi au juste? « Au XVII° siècle, le jargon culinaire s’enrichit d’une nouvelle façon de manger « à l’Ambigu ». Sorte de buffet froid où l’on servait un peu de tout – du froid, du chaud, du salé, du sucré – en même temps. L’idée de ne pas savoir exactement ce qu’on allait y trouver, pouvait paraître ambigu !!! Pris le soir ou à la nuit tombée, « L’Ambigü » était dressé sur une table en pleine nature pour jouir de la vue d’un paysage, d’un château, d’une étendue… Un hommage à l’histoire du château et à un de ses propriétaires, car très en vogue sous la période de César Marie de Talaru, on peut imaginer que de manger à L’ambigu ai été une habitude dans le parc. » explique Lina Tornare, directrice artistique.

Fortement inspirée par cette poésie de la forêt de Chamarande, elle décline le propos sur les trois saisons, en invitant trois personnalités hautes en couleurs : la plasticienne Martine Camillieri, l’auteur Anne De La Forest (!), et l’aventurière culinaire Caroline Lopez. Ainsi au printemps, on jardine la forêt ; en été, on mange la forêt et en automne, on l’habite, grand thème de l’exposition de Chamarande cette année.

Le festin retrouvé
Au printemps, on entend le chant des oiseaux, ça sent la terre mouillée et les premières fleurs sortent de terre… L’hiver s’éloigne et Martine Camillieri s’installe dans la forêt pour Le Festin Retrouvé. Auteure, plasticienne et scénographe, elle réfléchit depuis quelques années déjà sur l’écologie, le recyclage, la biodiversité et propose un travail décalé sous forme d’installations pointant les phénomènes de notre société de surconsommation.

festin-retrouve
Dans ce Festin interrompu, on distingue des vestiges d’ustensiles, des aliments cuisinés pétrifiés, des nourritures fossilisées.

Dernièrement, son travail Wild food alertait sur ce que nous mangions, Le festin retrouvé se situe dans un temps autre et  » tout est fait ici pour que le visiteur en quête de nourriture se repense en chasseur-cueilleur. » explique Martine Camillieri ajoutant une petite date énigmatique (12 avril 61110 Après Anthropocene Duration). Dans cette forêt, nous découvrons un champ de fouille protégé. Une excavation révèle parmi des vestiges, les restes d’un festin interrompu, des traces de ce que nous mangions, nous les humains avant que notre civilisation, l’anthropocène, ne disparaisse. Nous sommes dans un paléo-futur, « une planète-déchet perdue dans le silence de la galaxie » dans lequel les ruines racontent « notre existence actuelle : climat modifié, strates de nitrates imprimées dans l’écorce terrestre, radionucléides en suspens, continents de plastique, débris d’objets néotechniques, fûts de plutonium… » précise la journaliste environnementale Agnès Sinaï.

arbres
Comme des champignons aux pieds des arbres, des coupes en métal sont à ramasser pour boire le jus précieux de quelques bouteilles éparses, témoins d’une existence liquide, explique Martine Camillieri.

Installations d’artistes culinaires, pique-nique et goûters collectifs, rando-cueillettes, recettes de cuisine sauvage, arbres à souhaits, initiation à la faune et la flore, création d’un grenier à graines ponctueront cette première saison de Chamarande. On y retrouvera notamment ateliers du Conservatoire national des Plantes à Parfum, Médicinales, Aromatiques et Industrielles de Milly-la-Forêt, des balades des guides du Parc naturel régional du Gâtinais français, et du troc de graines du semencier, céréalier, meunier et boulanger Roland Feuillas  …

Jardinons, mangeons et habitons la Forêt-Jardin
à Chamarande
Des temps participatifs au fil des saisons
Jardiner la forêt, dimanche 12 avril
Manger la forêt, dimanche 20 septembre
Habiter la forêt, dimanche 15 ou 22 novembre

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Culture food La BNF gourmande

Le viognier et le vin blanc de Condrieu

15.03.24
Quand, en 1901, dans le tome II de leur Ampélographie, Pierre Viala et Victor Vermorel décrivent le viognier, ce cépage vient de subir les ravages du phylloxéra.

Culture food Québec, la Saison des sucres

La Commanderie de l’Érable

20.03.24
À une petite cinquantaine de kilomètres de Montréal, au cœur du Parc Régional Bois de Belle-Rivière, on trouve quelques passionnés d'un arbre réellement unique, d'où sort une eau toute aussi magique. Par la perpétuation d'un savoir-faire ancestral d'une précision...

Culture food Québec

Montréal, capitale gastronomique ?

04.03.24
C'est la dernière ligne droite pour la 25ème édition du festival "Montréal en lumière" où la gastronomie a pris une place prépondérante.