Analyse Innovation

Le futur de l’alimentation, un défi pris en main par 4 startups françaises

28.04.15

Le  9 avril dernier, Maddyness organisait la 8ème édition de Startup Keynote, un cycle de conférences qui vous invitent à venir découvrir, vous inspirer et échanger avec l’écosystème innovation et entrepreneurial français. Lors de cette conférence, l’avenir de l’agro-alimentaire et plus particulièrement du « Food » a été abordé par l’ensemble des intervenants, et notamment par Pierre Hivernat, qui a introduit cet événement par une phrase qui résumait l’intérêt grandissant des marques pour ce sujet : « si cette conférence avait eu lieu il y a 5 ans, il y aurait eu 18 personnes« . L’alimentation, un défi pour demain auquel répond la technologie, et qui passionne tout le monde.

 

Distribution
L’expression de McLuhan prend tout son sens à l’heure de l’économie collaborative. Le village global des biens de consommation et d’alimentation existe aussi grâce à la technologie, preuve en est le développement rapide de La Ruche qui Dit Oui. Son fondateur, Marc-David Choukroun, revendique aujourd’hui plus de 60 000 commandes par mois, et plus de 4000 producteurs intégrés au circuit de distribution. Ces producteurs, qui se trouvent généralement à 40 kilomètres de chaque « Ruche », sont connectés à un réseau de consommateurs grâce aux moyens technologiques mis en place par les équipes de la startup. Si aujourd’hui le réseau semble en phase de croissance naturelle en France, La Ruche Qui Dit Oui souhaite maintenant développer son activité en Belgique, Allemagne Italie ou encore Espagne. Le modèle de circuit-court séduit les consommateurs, qui commandent à l’avance, faisant ainsi disparaître toute perte éventuelle pour les producteurs. La technologies au service de la lutte contre le gâchis et moteur d’une révolution des usages ?

Industrialisation
C’est tout l’enjeux de Ynsect, le futur fleuron de l’industrie alimentaire française. L’insecte est aujourd’hui au cœur de la chaine alimentaire (poisson, bonbon…), et répond au défi alimentaire de 2050. Une solution naturelle pour l’avenir de l’alimentation humaine. Aujourd’hui, Ynsect se positionne sur un enjeux industriel, après une période de Recherche et Développement il y a 2 ans, et une phase de pilote en 2014. En 2015, grâce à plusieurs levées de fonds (plus de 7 millions d’euros au total), Ynsect est dans une course internationale face à un acteur néerlandais et un second sud-africain. « 2017 sera la phase d’expansion sur 5 continents ou de l’arrêt complet de notre aventure, selon les résultats des développements technologiques en cours » , précise Alexis Angot, un des 4 co-fondateurs d’Ynsect.

Santé
Personnalisation des besoins et apport en compléments alimentaires, telles sont les promesses de Bloomizon, une startup française qui a été créée en septembre 2013, mais dont le lancement officiel s’est fait à l’été 2014. Benoit Jonniaux, CEO de Bloomizon, a rappelé qu’attaquer le marché des vitamines était sans doute le plus naturel, au vu de la baisse de la teneur en vitamine des aliments. Par exemple, une banane aurait perdu 80% de ses vitamines en quelques années. « Aujourd’hui, on fantasme sur l’alimentation en capsule. Chez Bloomizon, notre enjeu n’est pas de remplacer l’alimentaire, mais bien de le compléter » « Nous avons aujourd’hui 800 membres qui suivent notre programme personnalisé. Nous travaillons avec des nutritionnistes, et toutes les données sont présentées dans nos algorithmes qui calculent le taux exact des vitamines manquantes pour chaque personnes. Tout cela dépend de caractéristiques comme le poids, l’habitation, les habitudes de sport, si le sujet est fumeur ou non… » raconte Benoit Jonniaux.

Marketing
Si les métiers du Marketing sont en train de subir la révolution des données, le système qu’Alkemics a mis en place, est un véritable accélérateur d’information et d’identification pour les marques, les réseaux de distributions et les plateformes logistiques. Représenté par Chen-Do Lu, Marketing Manager, Alkemics a lancé en septembre 2014, un réseau d’intelligence collaborative de la grande consommation.Ainsi, Alkemics permet aux marques et aux distributeurs de gérer l’ensemble de l’information des produits, facilitant ainsi l’interaction et le partage de tous types de contenus (informations réglementaires, descriptions, informations Marketing, photos, vidéos, …). A termes, cette chaîne de valeur aura pour objectif de mieux cerner les besoins et les paniers des consommateurs. La Data et la technologie, au service de la personnalisation des besoins alimentaires ?

Article paru dans Maddyness

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Analyse Un oeil sur le monde

La fabrication du kimchi pour l’hiver, la grande réunion familiale des sud-coréens

12.12.23
La réalisation du fameux kimchi, l’aliment fermenté à base de choux est une pratique ancestrale qui reste un marqueur important de la culture alimentaire Sud-Coréenne.

Analyse Agriculture

Haies d’honneur pour le bocage

Vous connaissez Splann ! ? Grâce à leurs journalistes marathoniens vous allez découvrir que notre bucolique bocage, et singulièrement celui de Bretagne, tient à ce que l'on pourrait aisément considérer comme accessoire : les haies.

Analyse Un oeil sur le monde

Lima, une capitale qui transforme son brouillard en citrouilles

30.10.23
Grâce au très positif media "Reasons to Be Cheerful", on découvre un quartier défavorisé qui domine Lima où l'on transforme le brouillard en eau.