Ville campagne Collectivités

Le terroir plus fort que le territoire

12.12.15

En cette veille de deuxième tour des élections des Conseils Régionaux, la question  du devenir d’une manifestation comme le SISQA de Toulouse et de l’Institut de la Qualité Agroalimentaire de Midi-Pyrénées (IRQUALIM) met les pieds dans le plat des effets très concrets du nouveau découpage territorial.

Quand nous arrivons au SISQA vendredi matin, c’est branle-bas de combat sécuritaire, le candidat de la droite Dominique Reynié est dans les murs. Pas une très bonne pioche de ses conseillers côté fréquentation, puisqu’à cette heure, la moyenne d’âge du très nombreux public doit avoisiner les 11 ans. Visiblement, au regard de la tête des enfants, le candidat n’est pas encore un héros sur You Tube, mais gageons que ses deux concurrents n’auraient pas fait mieux auprès de ce public là . Au-delà des élections, le symbole est, espérons le, celui d’un minimum d’adhésion à une manifestation, certes initiée par le socialiste Martin Malvy, mais qui fête sa treizième édition en montrant une fois encore son immense capacité à fédérer, à créer du lien, à transcender les différences sociales autour d’un bien commun: l’alimentation.

L’autre question sur toutes les lèvres était bien sûr l’impact du nouveau découpage territorial sur une manifestation qui a toujours été conçue pour la valorisation de la seule Région Midi-Pyrénées, même si l’instauration d’une marque Sud-Ouest est venue jouer les trouble-fêtes. Nombreux sont ceux, intéressés par les sujets agricoles, qui n’ont pas compris pourquoi Midi-Pyrénées ne s’était pas acoquiné avec l’Aquitaine plutôt qu’avec le Languedoc-Roussillon. Réponse directement au Salon où les organisateurs ont choisi de traiter le sujet dès l’entrée en accueillant le public avec une table à la fois très simple et pédagogique où la Tome des Pyrénées rejoint le Roquefort.

IMG sisqa
Plus loin, dans un espace bien plus travaillé, les visiteurs peuvent appréhender de manière précise comment les deux territoires fusionnés vont pouvoir afficher une force de frappe agricole, mais aussi en termes de recherche, d’attractivité touristique et d’industrie.

IM sisqa

Les chiffres affichés côté production agricole donnent la justification, s’il en était besoin, du changement d’échelle permettant à la nouvelle Région de concourir à l’international et de pouvoir multiplier ses produits de qualité.

IMG

Enfin, le panorama des efforts faits ne serait pas complet sans saluer l’excellent supplément de 8 pages réalisé conjointement en septembre par les deux Régions où l’on trouve notamment une double page sur leur 27 siècles d’histoire commune.

IMG_2117

Cette quinzième édition sera donc certainement celle de la chance. La chance de changer de format, de passer à la vitesse supérieure et de transformer le SISQA en une grande manifestation régionale à dimension nationale.

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Ville campagne Agriculture urbaine

Montréal inaugure la plus grande serre sur toit au monde

26.08.20
Une ferme au-dessus de la ville, sur le toit d'un bâtiment situé dans une zone commerciale et industrielle: aubergines et tomates bio prennent de la hauteur à Montréal dans la "plus grande serre sur toit au monde".

Ville campagne Un oeil sur le monde Un oeil sur le monde

A Dubaï, une « révolution agricole » au milieu du désert

18.08.20
Al-Badia, ferme ultramoderne érigée au milieu du désert, témoigne de la volonté de Dubaï de mener sa propre "révolution agricole" pour se défaire, un tant soit peu, de sa trop forte dépendance alimentaire.

Ville campagne Éducation

« Sauver les insauvables »: un lycée hôtelier unique en France pour les décrocheurs

16.06.20
Albina s'active sur une béchamel tandis que Jonathan découpe avec soin des filets de dorade: dans les cuisines rutilantes de la Vidaude, un lycée hôtelier unique en France, de jeunes décrocheurs renouent avec le goût d'apprendre. "C'est le seul...