Portrait En voyage

The Lobster House

19.05.14

Lobster

Difficile de définir La Lobster House à Amsterdam. Un restaurant minuscule? Une épicerie? Disons un comptoir qui se cache dans un garage où l’on peut déguster du homard en toute simplicité. Une adresse en tous les cas que l’on recommande vivement.

Si on ne l’avait pas cherchée, il est clair qu’on n’aurait pas trouvé la Lobster House, Frederiksplein n’étant pas particulièrement le quartier à conseiller pour flâner à Amsterdam. Après avoir longé un parc sans charme et plusieurs avenues bruyantes, la devanture est assez déroutante : un garage. Au-dessus de la porte du numéro 6, une simple pancarte flanquée d’un énorme homard rose.

The Lobster House

Le lieu est assez brut, rudimentaire mais très pensé graphiquement. Sur le mur en carrelage blanc, on retrouve le gigantesque dessin de homard réalisé par l’agence créative Staat. C’est le signe distinctif de la maison. Le restaurant, minimaliste, s’articule autour d’un grand bar, lui aussi en carreaux blancs, qui fait office de table pour six personnes. Derrière ce comptoir, l’artisan du lieu cuisine devant vous et donne les clefs du concept de Lobster House : « Le propriétaire, Steven Pooters, qui dirige aussi le restaurant George, l’a voulu comme un nouveau style de snackbar. Il s’agit de manger de bons produits simplement. »

The Lobster house

Le menu, écrit à la main à même le carrelage, propose du homard, mais aussi des burgers au thon, crabe, homard, saumon ou veggie, de la bisque, du cake au crabe ou des croquettes de crevettes. Pour nous ce jour là, ce sera donc un homard sinon rien. On vous apporte une pince et un set de table « How to eat a Lobster » et « Lobster facts » sur lequel vous apprenez les rudiments de la dégustation en huit points, ainsi que les vertus du homard : « riche en acides aminés, potassium, magnésium, calcium et phosphore, fer zinc, vitamine A »… La bête a par ailleurs un taux élevé de substances qui diminuent le risque de maladies cardiaques. Le serveur vous pose les bestiaux coupés en deux, à même le set de table. Servi ainsi, de la façon la plus simple qui soit, les couleurs sont encore plus jolies. La cuisson est parfaite et il est subtilement accompagné d’une huile d’olive tiède, légèrement pimentée et citronnée. Pour la suite, il paraît que les Amsterdamois viennent de loin pour manger les burgers. On a goûté pour vous celui au homard. Le pain est croquant. Ciboulette et wasabi mayonnaise relèvent délicatement le plat sans tuer le goût du crustacé.

The Lobster house

« Snack here or go ! » C’est écrit sur le mur. Mais si vous n’avez pas le temps de vous arrêter à Lobster House, vous pouvez aussi repartir avec quelques produits magnifiques trouvés dans l’épicerie dont des conserves de sardines ou simplement acheter un homard, des huîtres ou des coquillages.

Frederiksplein 6-8
tél +31 20 845 1833
12h-20h, sauf le dimanche
www.lobsterhouse.nl

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Portrait Table de fête

Christophe Louie, il maestro du panettone

18.12.23
Brioche culte de la gastronomie italienne, le panettone arrive aujourd’hui sur nos tables. Mais toute la difficulté est d’en trouver un bon. Celui de l'artisan Christophe Louie est sans contexte un des meilleurs que l'on ait goûté depuis longtemps.

Portrait La vigneronne / Le vigneron du mois

Des bulles à Roanne

13.12.23
À la fin du XIXème siècle, Jean-Baptiste Clair en pince pour la méthode champenoise et enclenche un cycle de 130 années de savoir faire et de passion à la tête du domaine roi des vins effervescents à Roanne. Désormais,...

Portrait Le vigneron / la vigneronne du mois

Le b. a. Bia ou pourquoi partir à la recherche du Mècle, Chatus ou Bia, ces cépages oubliés ?

15.03.24
Faut-il être passionné par la viticulture, l’environnement, le patrimoine et l’histoire pour se lancer à la recherche des cépages oubliés. Ecouter les vignerons Nicolas Gonin et Pascal Jamet raconter leur travail de prospection à la recherche du Bia, Mècle,...