Culture food

Dominique Kähler, l’experte Madame Tricot

05.12.19

Dominique Kähler est médecin. Mais elle manie aussi l’art du tricot. Son travail précis, documenté et qui ne manque pas d’humour.

«I knit therefore I am, I am therefore I knit. Le tricot c’est Zen!»

Mme Tricot

Entre la médecine et l’art, le coeur de Madame Tricot balance. Et si elle a longtemps été psychiatre, elle se concentre aujourd’hui sur une médecine plus naturelle – comme l’hirudothérapie (thérapie par les sangsues)- et expérimente le tricot comme une forme d’art thérapeutique expliquant que « l’activité rythmique, bilatérale et répétitive, associée au processus cognitif complexe, est l’un des meilleurs outils thérapeutiques pour traiter les traumatismes. » Ses créations artistiques d’un détail absolu manient l’humour et le kitsch, le macabre et l’ambiguïté. Elles s’attachent aussi souvent à représenter les biens périssables,  la nourriture notamment et en particulier la viande, à la limite du vivant et de la décomposition. Sous les mains agiles de Madame Tricot, le vivant demeure ainsi éternel …


«Friedrich Dürrenmatt – Das grosse Festmahl» im Centre Dürrenmatt Neuchâtel – Centre Dürrenmatt Neuchâtel / 2.11.2019 – 22.3.2020

«Savour: Food Culture in the Age of Enlightenment» at the Gardiner Museum Toronto

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par

Culture food La BnF gourmande

Les légumineuses

16.02.24
Pois, pois chiches, lentilles, fèves ou haricots : cette planche extraite du Règne végétal, immense somme de dix-sept volumes publiés entre 1864 et 1869, présente une belle variété de « gousses et graines légumières ».

Culture food Exposition Expo

Avec “Croquez ! La BD met les pieds dans le plat”, Angoulême ajoute l’alimentation à son programme

26.01.24
Jusqu'au au 10 novembre, l’exposition "Croquez ! La BD met les pieds dans le plat" propose d’explorer la présence de la nourriture dans les planches de BD.

Culture food À lire (ou pas)

Le bœuf bourguignon est-il bourguignon ? Là est la question.

20.02.24
Il est des questions fondatrices qu’il ne faudrait surtout pas oublier de se poser, sauf à vouloir que tout notre patrimoine culinaire parte à vau-l’eau. Heureusement il y a des chercheurs comme Matthieu Aussudre qui cherchent et qui trouvent...