reportage Coronavirus

Coronavirus: les distributeurs britanniques inquiets pour leurs stocks

L’épidémie de coronavirus perturbe l’approvisionnement d’une majorité de distributeurs britanniques qui craignent pour leurs stocks, tandis qu’un consommateur sur dix au Royaume-Uni a commencé à accumuler des denrées par crainte de pénurie, selon une étude du cabinet Retail Economics.

Un quart des distributeurs sondés sur un échantillon de trente entreprises représentant 100 milliards de livres de ventes annuelles indiquent même que l’épidémie a entraîné des « retards importants dans leur chaîne d’approvisionnement », d’après cette enquête publiée mercredi et menée également par la société juridique Squire Patton Boggs.

Près de la moitié constatent un impact négatif sur leurs ventes depuis le début de l’épidémie et, si le virus persiste, trois quarts des entreprises sondées, qui incluent des magasins d’alimentation, d’habillement ou de pharmacie, s’attendent à voir leurs ventes pénalisées. « Les distributeurs sont confrontés à des perturbations importantes de leur chaîne d’approvisionnement » dont l’effet « n’est peut-être pas encore apparent sur les étalages« , et  un tiers des entreprises craignent pour « la continuité de leur approvisionnement« , remarque Richard Lim, directeur général de Retail Economics.

« Il y a un sentiment d’inquiétude et d’angoisse sur combien de temps va durer cette situation. Si elle persiste, ils devront modifier leur chaîne d’approvisionnement » mais ce sera également coûteux et perturbateur, ajoute M. Lim, interrogé par l’AFP. D’autant que près de la majorité des groupes sondés ne peuvent pas modifier leur chaîne d’approvisionnement pour le moment. La société d’étude IHS Markit avait indiqué lundi que les entreprises manufacturières avaient déploré le plus grand retard dans les délais de livraison depuis deux ans à cause des perturbations causées par le virus en Chine, ainsi que la chute la plus brutale en sept ans de leur inventaire, ce qui risque de freiner la production à l’avenir.

 Papier toilette, pâtes et paracétamol

Dans une étude distincte mais également publiée mercredi et menée auprès de 2.000 personnes, Retail Economics et Squire Patton Boggs constatent qu’un tiers des consommateurs s’inquiète de pénuries à cause de l’épidémie, et près d’un sur dix (9%) a déjà commencé à faire des stocks. Ce sont surtout des produits « isolés » qui sont touchés, relève M. Lim. Les ventes de gel désinfectant pour les mains ont plus que triplé ces dernières semaines au Royaume-Uni, et celles de savon liquide ou de produits d’entretien pour la maison ont pris respectivement 7% et 10%, d’après le cabinet Kantar.

Certaines marques de papier toilette, de pâtes ou de paracétamol sont également en rupture de stock sur le site d’épicerie en ligne britannique Ocado. Beaucoup redoutent encore plus de voir la confiance des consommateurs, qui a connu une embellie depuis trois mois avec la levée d’incertitudes liées au Brexit, retomber alors qu’elle reste très fragile. « Près de la moitié des consommateurs disent qu’ils éviteront de voyager à l’international si le virus persiste, et un tiers compte éviter les transports publics ou les magasins« , souligne M. Lim. Interrogé mercredi par un comité parlementaire, le futur gouverneur de la Banque d’Angleterre et actuel dirigeant de l’autorité des marchés (FCA), Andrew Bailey, a souligné qu' »on peut s’attendre dans un avenir proche à ce qu’il faille soutenir financièrement les chaînes de production dans un avenir proche pour assurer que le choc du virus ne pèse pas sur trop sur divers domaines d’activité, en particulier sur les PME« .

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par