evenement Exposition

Manger à l’oeil

30.05.18

Dates Du 20 juillet au 30 septembre

Lieu Mucem, Marseille

Prix Payant

En savoir plus

A partir du 20 juillet, l’exposition « Manger à l’œil » s’installe au Mucem à Marseille. Une exposition ludique qui raconte l’histoire des habitudes alimentaires des Français de 1823 à nos jours, à travers près de deux siècles de photographies.

Le 15 novembre 2010, l’Unesco classait le repas gastronomique des français au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Par gastronomique, l’Unesco ne signifiait pas bonne ou haute cuisine mais la mise en discours de règles du manger et du boire qui structurent encore aujourd’hui le repas des français. Mais qu’est-ce donc que ce repas gastronomique des français et à quoi ressemble t-il?

Petite histoires et grande Histoire

D’une part, il y a la petite histoire, nos petites histoires familiales à tous et au fond, en deux siècles, on pourrait dire à la fois que rien n’a vraiment changé, et que tout s’est entièrement transformé. Notre histoire à table est intimement liée à nos pratiques culturelles, à l’appartenance à telle ou telle classe sociale, à nos origines, à l’évolution de la société. Ainsi, le repas bourgeois, ne ressemble guère au repas paysan, ni même au repas ouvrier. Il y a aussi le repas du dimanche durant lequel on s’attarde, où s’invite parfois le curé, mais aussi les pique-niques, comme motif récurent d’un art de vivre à la française … Et puis, il y a l’histoire avec un grand H, les grandes guerres, les révolutions sociales, mai 68. Mais aussi les évolutions techniques et alimentaires qui font varier l’histoire de nos repas quotidiens : le salon des arts ménagers, l’apparition des marques alimentaires (Kub, La Vache qui rit ou Gervais), l’industrialisation ou l’entrée dans une société de consommation de masse.

Photographies en tout genres

Manger à l’oeil montre comment la photographie peut rendre compte de l’évolution de ce patrimoine immatériel. Des autochromes re-colorisés de la première guerre mondiale aux dizaines de millions d’images de #pornfood ; de la collection d’albums d’une seule et même famille sur plus de 40 ans à l’épopée des fiches cuisines du magazine Elle, l’exposition retrace l’histoire singulière du rapport des français avec leur repas. On parcours ainsi près de deux siècles de représentation de nos repas au travers du regard de grands noms de la photographie dont les images sont devenues avec le temps des documents iconiques, mais aussi par celui de photographes amateurs qui ont joué le jeu de la collecte ou d’albums d’une famille émouvants.

De l’humour

Le jeu de mot « Manger à l’oeil » n’ayant échappé à personne, le ton de l’expo est donné. De ci, de là, l’exposition est ponctuée d’images publicitaires comme celle de Moulinex libère la femme et d’objets clin d’oeil : voiture Banania, Kub géant, couteau à découper le gigot, couverture politiquement très incorrecte de Hara Kiri … Dans la cuisine en formica format maison de poupée, on redécouvre la première émission de cuisine ou encore la célèbre Maïté mangeant savoureusement des ortolans.  Certes, dans cette exposition, le repas des français est un rituel recommencé matin, midi et soir,  mais les enfants lèchent aussi leurs assiettes tandis que la frite, emblème nationale, a sa machine automatique! À sujet sérieux, scéno ludique : chacun pourra donc picorer à son goût.

Commissariat : Pierre Hivernat / Elisabeth Martin – Alimentation Générale
Floriane Doury – Mucem / Nicolas Havette

Photographie de Une : Stéphanie Lacombe, Le roi lion, Paris, mai 2007, série La table de l’ordinaire, 2006-2008 © Stéphanie Lacombe

Avec l’exposition :
le Catalogue Manger à l’oeil à découvrir aux éditions de l’Epure
le Grand Banquet : un repas événementiel en clin d’oeil à l’exposition avec les chefs Emmanuel Perrodin et Gérald Passedat avec Sébastien Dugast

Pour aller plus loin ...

Partagez moi !

Vous pourriez aussi être intéressé par