Les duos de Ferrandi

Le poisson sauvage est-il meilleur que le poisson d’élevage?

Par -


Mardi 10 novembre, c’était une première à l’école FERRANDI Paris pour beaucoup de monde. D’abord pour Alimentation Générale qui mettait à exécution son désir de confronter un chef et un chercheur, au travers de ces Duos, idée qui avait plu à Bruno De Monte, le Directeur de FERRANDI Paris et que nous remercions ici d’avoir accueilli avec enthousiasme ce projet et une première pour les étudiants et pour Laurent Aron, Professeur associé. Pour ce premier numéro, la question était Le poisson d’élevage est-il meilleur que le poisson sauvage?

Au moment où de nombreux chercheurs s’accordent pour annoncer la fin d’un poisson bon pour l’homme dans les eaux de la Méditerranée, où la surpêche menace les ressources marines de nombreux océans et où la demande des consommateurs pour la qualité et l’éthique ne cesse de croître, la production piscicole peut être la solution. Mais quelles sont les conséquences sur la nature? L’environnement? Les qualités organoleptique du poisson d’élevage sont-elles nécessairement altérées?

Nous avons posé cette question à Jean François Baroiller, chercheur au Centre de coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) et Directeur adjoint d’une Unité dont l’objectif est de concevoir et de favoriser les processus de production piscicole capables de répondre aux défis alimentaires du futur et à Gaël Orieux, Chef de Auguste (Paris 7ème), parrain du projet européen Mr Goodfish.

Sans doute que le plus surprenant était de voir Jean-François Baroiller, éminent chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), plus habitué à fréquenter les labos d’étude et les colloques internationaux, rencontrer ce nouveau public avec une joyeuse gourmandise. Le courant est visiblement passé avec le Chef Gaël Orieux, tous les deux apportant de nombreuses réponses à la question que nous leur avons posée. A vous de découvrir.