3 minutes avec

Charles Kloboukoff, un quart de siècle en bio

Par -


Nous ne sommes pas certains que Charles Kloboukoff aime particulièrement se mettre en avant. En tout cas, ce n’est pas ce qui ressort de l’état d’esprit qui règne à Léa Nature. Il n’empêche. Alors que le marché ne pèse qu’à peine 0,3% en 1992, il se met à concevoir des produits bio. L’entreprise affiche aujourd’hui 1 300 salariés et annonce un programme d’investissement de 100 millions d’euros sur les quatre prochaines années pour la production locale, bio et française.

Une analyse par trop sommaire pourrait faire penser que Charles Kloboukoff a simplement su surfer habilement et au bon moment pour faire de Léa Nature le premier transformateur de produits bio en France. En réalité, ses convictions, bien au-delà du bio, l’emportent sur ses talents incontestés de business man. Sinon, à quoi bon créer un lieu de vie dédié au bio ou à reverser depuis bientôt dix ans 1% de son chiffre d’affaires à des associations environnementales? Une action au long court qui ne représente pas moins de 7,4M€ de dons reversés à 1200 projets de protection de la nature.

Léa Nature relève aujourd’hui d’une saga familiale comprenant de multiples volets et s’inscrivant plus largement comme un acteur majeur de la protection de l’environnement et du développement durable, soucieux de développer une bio engagée et bénéfique pour la santé des hommes. Parmi les priorités à venir du groupe : « une mutation vers des emballages végétaux et biodégradables et la chasse continue au plastique issu du pétrole et aux déchets polluants ; l’aide au développement des filières agricoles bio locales, aux matières premières équitables et solidaires, le soutien aux petits producteurs bio ; mais également un financement de plus de 2 millions d’euros annuels dès 2018 à travers le 1% For The Planet en faveur des ONG environnementales. » précise Charles Kloboukoff.

Nous l’avons rencontré la semaine dernière pour la présentation du programme Aux origines du goût, et nos trois minutes habituelles se sont transformées en cinq, juste sur sa vision de la bio aujourd’hui et demain.