Un oeil sur le monde

Sommet intercoréen: des symboles au menu du dîner entre Kim et Moon

Par -


Les symboles seront au menu du banquet qui rassemblera vendredi après leur sommet historique le président sud-coréen Moon Jae-in et le leader nord-coréen Kim Jong Un, lesquels dégusteront notamment un plat typique du Nord.

L’heure de ces agapes n’a pas été communiquée, mais ce dîner aura lieu au même endroit que le sommet proprement dit, dans la « Maison de la Paix », un édifice situé dans la partie sous contrôle sud-coréen de la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule. M. Moon a notamment proposé que des nouilles froides, un plat emblématique du Nord, soient au menu, et Pyongyang a accepté de mettre à disposition un de ses plus grands cuisiniers. Il officie à Okryu-gwan, restaurant prisé de la capitale nord-coréenne, a annoncé mardi la « Maison bleue », la présidence sud-coréenne. Les nouilles de sarrasin, servies dans un bouillon agrémenté de morceaux de viande et de légumes, sont généralement coupées avec une paire de ciseaux pour faciliter les choses. La Corée du Sud a bien sa recette de nouilles froides, mais celle de Pyongyang est plus réputée.

Une référence à la Suisse

Les deux dirigeants mangeront également des röstis -une spécialité suisse à base de pommes de terre râpées- préparées à la coréenne qui rappelleront à Kim Jong Un son enfance en Suisse, a précisé la présidence. Seront également servis des fruits de mer, de la viande et du riz des villes natales de M. Moon et de ses prédécesseurs Kim Dae-jung et Roh Moo-hyun, qui avaient participé à Pyongyang en 2000 et 2007 aux deux premiers sommets intercoréens. « Nous avons préparé le dîner d’accueil pour rendre hommage aux gens qui ont travaillé dur pour la paix et l’unification de nos peuples », a expliqué la présidence sud-coréenne. Après deux années de très fortes tensions en raison des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang, la péninsule connaît depuis le début de l’année une spectaculaire « détente ». Le sommet de vendredi en est une nouvelle illustration. La « Maison bleue » a l’habitude d’agrémenter ses menus de références symboliques. Quand le président américain Donald Trump était venu en Corée du Sud l’année dernière, son menu avait inclus une crevette pêchée dans les eaux autour des îles qui sont contrôlées par la Corée du Sud sous l’appellation Dokdo, mais revendiquées par Tokyo sous le nom de Takeshima.